• Chapitre 9 : Incertitudes

    Chapitre 9 : Incertitudes

    Ce jeu que nous venons de faire, à défaut de m'avoir apporté des choses essentielles, m'aura au moins permis de rencontrer de nouvelles personnes. Je n'ai qu'une seule journée pour me reposer avant de repartir à l'aventure dans un autre jeu ou le sexe est dominant. Je ne comprends vraiment pas ce qu'elle cherche en nous inscrivant à de tels jeux... Je ne suis même pas certain qu'elles s'en rendent compte... Je m'allonge un peu plus sur le sol pour profiter du soleil. Je lui offre ainsi mon visage pensif.

     

    -Qu'est-ce qui t'arrive ?

     

    Adam s'installe près de moi et attend que je prenne la parole.

     

    -Il n'y a rien de spécial... Je pense juste à Géraldine...

    -Tu vas la laisser te pourrir la vie encore combien de temps ?

    -Si seulement je pouvais la quitter...

    -Tu dis ça comme si tu ne pouvais rien faire... Tu es trop gentil... Il faut que tu commences à penser à toi...

     

    Je laisse échapper un petit rire nerveux. Adam ne sait pas ce qui se passe en moi... Malgré tous les efforts que je fais pour la quitter, je n'y parviens pas. Si je me force trop, je commence à avoir mal, très mal... Tout mon corps hurle de douleur et c'est insupportable...

     

    -On dirait bien qu'elle m'a envoûté...

     

    Je sens Adam se tendre et me fixer. Il semble prendre ma plaisanterie bien trop au sérieux.

     

    -Ne fais pas cette tête ptit frère. Je plaisantais...

    -Et si ce n'était pas une blague ?

    -Que vas-tu encore inventer ?

    -Et si Géraldine avait effectivement fait en sorte de te jeter un sort ?

     

    J'éclate de rire. Adam va beaucoup trop loin et a vraiment l'air sérieux en plus.

     

    -Géraldine me jeter un sort ? Cette idée est ridicule ! Elle est bien incapable de monter un plan pareil !

    -Elle sûrement pas... Mais si elle avait trouvé un allié de poids ?

    -Adam, les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures...

    -Tu devrais en parler aux parents. Si tu ne le fais pas, je le ferais moi-même...

    -Ne vas pas les inquiéter plus qu'ils ne le sont déjà. Avec le retour de notre grand-père, ils sont sur les nerfs...

    -Tout le monde l'est... Sauf toi... On dirait que tu n'as plus les pieds sur terre... Tu as changé...

    -Changé ? Qu'est-ce que tu veux dire ?

    -Tu as oublié toute prudence... Tu étais le plus inquiet de nous, le plus respectueux des règles, le plus...

    -J'en ai peut-être marre d'être sage... Vous n'êtes plus des gamins, vous pouvez survivre sans moi.

     

    Je ne me reconnais pas... Pourquoi je lui parle comme ça ? Ce n'est pourtant pas dans mes habitudes... Je soupire me tournant vers mon frère qui fixe un point devant lui.

     

    -Je suis désolé Adam, mais en ce moment, ce n'est pas vraiment le bon jour pour me parler de ça. Je suis fatigué...

    -C'est pour ça que tu repars tout à l'heure pour un nouveau jeu ?

    -Oh ça... C'est Géraldine qui nous y a inscrit... Tu me crois ou non, mais je suis content d'y aller. Pendant un temps, je peux me laisser aller avec n'importe qui sans que Géraldine ait son mot à dire...

    -Comment ça ?

    -Les jeux auxquels elle nous a inscrit sont basés sur le libertinage...

    -Les parents ont regardés ta prestation sur l'île.

     

    Ma respiration se coupe instantanément. Heureusement que les parents ne sont pas là... J'imagine la scène à laquelle je vais avoir le droit en rentrant à la maison après ce nouveau jeu...

     

    -Steve...

    -Qu'est-ce qu'il y a Adam ?

    -Mon frère me manque...

    -Qui donc ? Thomas est revenue depuis longtemps et...

    -Non pas Thomas... Toi...

     

    Je reste silencieux. Il est vrai que ces derniers temps j'ai mis ma famille complètement de côté.

     

    -Je te reprochais de toujours être après nous à surprotéger tous tes proches... Mais là tu fais carrément le contraire et tu ne prends même plus la peine de nous écouter. Tu étais mon meilleur ami et je ne peux même plus te confier quoique ce soit. Nos vies ne t’intéressent plus. Géraldine et Pierre sont entrain de te changer et tu ne t'en rends même pas compte...

    -Tu vas un peu fort... Je ne pense pas que Pierre et Géraldine aient un quelconque rapport avec nos relations, mais c'est vrai que je suis assez occupé. Je te promets que dès mon retour, on passera plus de temps ensemble, comme avant.

     

    Adam soupire avant de partir. Il ne me croit pas. Je suis blessé de le voir aussi triste, mais je me sens moi-même complètement perdu. Je souffle tout en me levant à mon tour, prêt à partir pour une nouvelle aventure...

     

    ***

     

    Le jeu ne s’est pas trop mal passé mais le plus important c’est que je n’ai presque pas passé du temps avec Géraldine. J’ai enfin pu respirer et découvrir de nouvelles femmes. Elles ne sont finalement pas toutes sans cervelles ce qui me rassure un peu pour la race humaine. Il va falloir que je trouve une façon de la quitter c’est au moins ce que m’aura appris ce jeu…

     

    ***

     

    Alizée est une jeune femme que j'apprécie beaucoup. Elle est belle et intelligente. J'ai apprécié sa compagnie sur l'île de la tentation et nous avons souhaité garder contact. Nous devons nous voir ce soir pour passer un moment agréable. Elle aimerait me présenter son petit ami, Sitael. Je le connais de vue grâce à l'agence mais je n'ai jamais pris le temps de lui parler. Mais il a l'air d'être un bon gars bien qu'un peu sur la défensive. J'ai aussi demandé à Géraldine si elle voulait venir car elle devenait beaucoup trop lourde. Je ne comprends pas pourquoi je ne parviens pas à la quitter, mais j'y arriverai... Un jour... Je choisis des vêtements confortables pour passer une bonne soirée entre amis. J'espère que Géraldine ne tentera rien de déplacé...

     

    ***

     

    Je me dépêche de me rendre au point de rendez-vous afin d’être suffisamment à l’avant pour briefer Géraldine sur son comportement mais je déchante vire lorsque je vois Alizée et Sitael et aucune trace de Géraldine... La ponctualité et elle ne feront jamais bon ménage...

     

    -Salut miss! Je lui adresse un grand sourire puis je tends la main à Sitael.

    -Salut Steve, me dit Sitael, ça change de se voir en dehors de l'agence.

    -Oui tout à fait, et ce n'est pas plus mal, j'affirme heureux.

    -Tu verra je suis quand même plus calme qu'a l'agence ! Annonce Alizée un brin taquin.

    -Je n'en doute pas un seul instant ! Y a quelque chose de spécial que vous aimeriez faire ?

    -Heu pour ma part non... Et ta copine ? Demande Sitael.

    -Tu sais elle considère que les princesses doivent arriver en retard pour faire un effet. Elle nous rejoindra directement là où on ira. Un petit bowling, cela tente qui ?

    -Ça fait un bail que je n'en ai pas fait ! Répond Sitael.

    -Parfait ! Dit Alizée

     

    D'un commun accord nous décidons d'aller nous faire un petit bowling. Sur le chemin, j'envoie un message à Géraldine pour lui annoncer notre destination. Je n'ai aucune réponse et cela me semble de plus en plus étrange. Mais peu importe, je ne m'en formalise pas. Quand je regarde Alizée et Sitael, je ne peux m'empêcher de me demander ce que je fais encore avec Géraldine. Je n'ai plus aucun sentiment pour elle, c'est un fait... Enfin je dois bien en avoir si je n'arrive pas à la quitter... Il ne nous faut pas longtemps avant d'arriver devant le bowling où une Géraldine en furie nous attend de pieds fermes. Elle jette un regard haineux à Alizée et Sitael avant de se dresser devant moi pointant un doigt accusateur sur mon torse.

     

    -Tu me prends pour une conne ?

    -Calme-toi s'il te plaît, dis-je en soupirant. Tu n'étais pas là nous n’allions pas t'attendre indéfiniment.

    -Figure-toi que moi j'ai des choses à faire et...

    -Je suis content pour toi, je coupe excédé. Je te présente mon amie Alizée et son petit ami Sitael.

    -Pourquoi tu te crois obligée de préciser que c'est son copain ? Tu crois que je vais sauter sur lui ?

    -Avec toi je m'attends à tout !

     

    Elle dévisage Sitael de la tête aux pieds avec un air de dégoût.

     

    -J'aime pas les nègres qui n'ont rien dans le pantalon !

     

    Je sens Alizée commencer à être très mal à l'aise. Il faut dire que Géraldine n'en loupe pas une... Elle va pour lui répondre mais Sitael la retient.

     

    -Une raciste, je croyais cette espèce éteinte, lui répond Sitael un peu moqueur, mais je me trompais... 

    -En plus d'en avoir une petite tu n'as pas une bonne vue toi, Soupire Géraldine. Je ne suis pas une raciste, je suis juste un être humain comme toi. Alors si tu n'es pas capable de faire la différence pas besoin de la ramener.

     

    La honte s'empare de moi alors que je la pousse vers le restaurant bowling. Tâchons de passer une bonne soirée mais je sens que cela va être très compliqué. Il n'y pas beaucoup de monde ce qui nous permet de choisir l'emplacement que l'on préfère. Nous avons décidé de faire deux équipes : Alizée et Sitael contre Gé et moi. Alors que les filles lancent la boule les premières, je discute avec Sitael.

     

    -Je suis désolé... Je ne sais vraiment pas quoi dire d'autres...

    -Sois pas désolé à sa place, je ne t’en tiens pas rigueur. Se serait à elle de faire des excuses !

    -Tu ne les auras malheureusement jamais...

    -C'est dommage de penser encore ainsi à cette époque mais je ne vais pas me battre contre des gens comme elle, je préfère encore l'ignorer.

    -Surtout que tu es un très beau gosse... Mais je pense qu'elle a surtout dit ça pour ne pas me montrer qu'elle avait envie de te sauter dessus...

    -Elle a de l'espoir là ! M'en veux pas mais c'est clairement pas mon genre, dit Sitael dans un léger rire.

     

    Je ris avec lui. Je suis content qu'il ne m'en veuille pas. Il est assez intelligent pour faire la part des choses. Sitael fixe Alizée alors je lui fait signe de la rejoindre. Je vais m'arranger pour éloigner Géraldine et leur laisser un peu d'intimité. Il s'approche de sa copine et l'aide à mieux viser. Pendant ce temps, je rejoins Géraldine

     

    -Viens on y va.

    -Où tu veux encore me faire aller ?

    -Arrête de poser des questions.

    -Depuis ce matin tu me fais jouer les girouettes. Moi j'en ai marre. Je...

    -On va juste réserver une table pour manger et les attendre là-bas. Ils vont bientôt nous rejoindre.

     

    Géraldine tire une de ses têtes qui me pousse à rire la rendant encore plus désagréable. Peu importe, je suis habitué à ses sautes d'humeur. J'espère simplement qu'elle ne me fera plus honte...

     

    ***

    Point de vue de Géraldine

     

    Non mais je n'arrive pas à y croire. C'est n'importe quoi. D'abord Steve qui se permet de partir en rendez-vous avec cette pouf qui se croit belle. Ensuite ce black m'allume alors que, à première vue, il n'a pas ce qu'il faut pour me plaire. Mais je dois en être certaine car de ne pas savoir me rend folle ! Mine de rien, je tente de l'émoustiller avec mon pied. Il ne se laisse pas faire. Ha mais il va voir cet abruti ! Comme s'il avait la possibilité de refuser ! Il reste insensible à mon jeu de pied. Qu'à cela ne tienne, je vais passer à la vitesse supérieure. Un rapide coup d’œil à Steve et les autres suffisent à me rassurer. Personne ne fait attention à moi. Je laisse tomber ma serviette. Alors que je me baisse pour la ramasser, Steve se rapproche de moi. Il ne fait jamais rien de ce que je veux celui-là !

     

    -Je peux quand même ramasser ma serviette sans avoir à te demander la permission avant, non ?

    -Fais donc, répond-il se désintéressant de moi.

     

    Je pousse la serviette du pied pour qu'elle soit sous la chaise de mon voisin d'en face. A genoux sur le sol, j'avance ma main sur son entrejambe. Il fait un mouvement de recul.

     

    -Hey tu fais quoi là ?

    -Oh ça va ne fais pas comme si ça te gênait !

     

    Sitael surpris se lève et prend la main d'Alizée.

     

    -Tu m'excuse mec mais nous on va y aller, la prochaine fois si tu veux qu'on se voit pas de soucis mais c'est sans ta copine.

    -Que se passe-t-il ? Pourquoi décider de partir si vite ? Interroge Steve.

     

    L'autre fille semble aussi surprise que Steve. Mais pourquoi a-t-il fallu qu'il l'ouvre lui ? Putain ce mec n'a rien pour lui en fait... Je suis certaine qu'il a eu trop peur que je constate qu'il en avait une tellement minuscule que je n'aurais même pas pu m'en servir...

     

    -Qu'est-ce qui se passe ? Je comprends pas... Ajoute Alizée regardant son mec.

    -Tu lui demanderas, répond Sitael en me désignant.

     

    Il entraîne alors sa pouf hors de notre vue. Tant mieux, je vais pouvoir me concentrer sur Steve maintenant... Je ne le lui laisse pas le choix et je le suis jusque chez lui. Autant profiter du reste de la soirée pour passer du bon temps. Assis sur le lit, j’attends qu’il prenne les devants.

     

    -Tu ne peux pas rester tranquille une soirée ?

    -Tu m'accuses toujours de tout mais je te signale que c'est de sa faute !

    -Je n'en peux plus de toi ! Tu es insortable !

    -Tu es toujours en colère contre moi et tu me reproches toujours tout ! Mais c'est lui qui m'a fait du rentre dedans !

    -Non mais ma parole, tu es de plus en plus idiote ! Je suis à bout Géraldine ! Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi...

    -Tu es entrain de dire que tu veux rompre ?

    -Ou... Non pas du tout. Je ne le pourrais pas même si mon envie me déchire les tripes...

     

    J'ignore pourquoi je n'ai pas réussi à rompre... C'était le moment où jamais... Mais quand elle m'a demandé si je le voulais, mon cœur s'est serré et j'ai eu l'impression qu'on me l'arrachait... Comment je peux encore ressentir de l'amour pour elle alors que mon désir est parti depuis longtemps ? Dès que je la vois j'ai envie de m'enfuir loin...

     

    -Oh tu m'écoute ?

    -Il y a bien longtemps que j'ai arrêté de t'écouter...

    -Fais-moi l'amour.

     

    ***

     

    Je la regarde excédé. Je suis en train de lui faire la morale et elle ne trouve rien de mieux que de me demander de lui faire l'amour... Je ne la comprendrais jamais... A-t-elle toujours été comme ça ? Où est-ce ma faute si elle l'est devenue ? Alors que je me perds dans mes réflexions, Géraldine s'installe sur moi.

     

    -Tu crois faire quoi là ?

    -Si tu n'es pas capable de prendre les choses en mains je vais les prendre pour toi.

     

    Doucement elle descend le long de mon torse tout en déposant des baisers. Cela me dégoûte tellement que j'en frissonne. Elle prend cela comme une invitation mais je ne vais pas pouvoir en supporter davantage. Pourtant, je ne fais rien pour la repousser. Suis-je en train de devenir fou ?

     

    -Géraldine, arrête ça tout de suite !

     

    Elle se contente de me sourire et de continuer sa descente de plus en plus bas. Arrivé sur mon sexe, elle reste surprise de le voir au repos.

     

    -Qu'est-ce que c'est que ça ? Tu te fou de moi ?

    -Je te l'ai dit, je n'ai aucune envie de coucher avec toi. Maintenant tu veux bien te relever avant que quelqu'un ne rentre dans la chambre ?

    -Tu es trop rigide ! Je suis quand même ta fiancée !

    -Tu plaisantes ? Jamais de la vie ! Je...

     

    Des coups frappés à la porte me sauve. Je suis content de les entendre et me précipite pour aller ouvrir. Mon frère Thomas entre dans la pièce et regarde Géraldine avec dégoût.

     

    -Viens, les parents veulent nous parler.

     

    Géraldine vient se mettre entre lui et moi m’empêchant ainsi de suivre mon frère. Instinctivement je mets une mais sur son épaule pour l'empêcher de faire une bêtise.

     

    -Tu vois pas que tu nous déranges ?

    -Toi la salope, je ne t'ai rien demandé. Dégage de là si tu ne veux pas que je t'en colle une !

     

    Géraldine reste stupéfaite du langage qu'emploie Thomas pour lui parler. Je sens son corps entier monter en pression. J'ai peur pour la suite mais mon frère ne se démonte pas et ne compte pas laisser tomber. Mettant fin à leur échange de regards, elle se retourne vers moi posant des yeux furieux sur moi.

     

    -Tu vas le laisser me parler de cette manière ?

     

    Je baisse les yeux ne sachant pas trop quoi faire. Mon frère a raison même si ses propos sont trop crus et violents, mais si j'interviens, Géraldine ne me laissera jamais tranquille... Après m'avoir jeté un bref coup d’œil Thomas soupire avant de plonger son regard dans celui de Géraldine.

     

    -Ne fais pas l'innocente. A force d'écarter les jambes devant tout ce qui a une queue, il ne faut pas t'étonner d'avoir cette réputation.

     

    S'en est trop pour ma copine qui, non sans m'avoir jeté un regard furieux, s'enfuie hors de la maison. Je ne fais pas un geste pour rattraper Géraldine et je suis mon frère sans rechigner. La vie est d'un compliqué !

     

    -Steve, je vois que tu as pu te débarrasser de ton boulet.

    -De quoi tu parles papa ?

    -Je comprends que tu penses être assez grand pour faire tes propres choix. Mais à la vue de ta petite amie, je peux affirmer que tu n'as pas la maturité nécessaire à ce que l'on te fasse confiance en...

    -Je ne vois pas en quoi mes choix amoureux vous concernent ! Je...

    -Steve, parles à ton père sur un autre ton, intervient maman. Nous ne vous avons pas réunis pour parler de Géraldine.

    -Pourtant, intervient Adam, Steve a quelque chose à vous avouer la concernant.

     

    Je lance un regard furieux à mon frère. De quoi il se mêle ? Je lui ai pourtant dit que je ne voulais pas en entendre parler.

     

    -C'est fou cette manière que vous avez tous de vous mêler de ma vie privée !

    -Ça suffit, coupe papa. Nous parlerons de cette nymphomane plus tard. Nous avons d'autres préoccupations bien plus importantes.

     

    Mes frères et moi nous nous installons confortablement dans le canapé, nos parents nous faisant face. Ma mère soupire avant de prendre la parole.

     

    -Vous savez tous que vote père était le vampire le plus fort, après Akasha. Il est devenu humain par amour pour moi. Et maintenant, par amour pour vous, il va redevenir vampire...

    -Comment ça ? S'exclame Adam. Que veux-tu dire par là ?

    -Je ne vais pas passer par quatre chemins les enfants. Vous le savez tous les trois mais Ramanga est mon père. Il est redevenu vampire et, en plus de ses anciens pouvoirs, il en a récupéré d'autres. Il est maintenant bien plus fort que je ne l'ai jamais été. Akasha ne compte pas prendre part à cette guerre. Xev, votre grand père non plus. Le peuple alien n'est pas assez fort pour venir à bout de Ramanga et de sa nouvelle alliée en la personne d'Alice la relique de la mort...

    -Pourquoi ne pas faire appel à Alice, la gentille ? Je demande.

    -Comment connais-tu son existence ? M'interroge maman.

    -Je ne sais pas... J'ai dû en entendre parler... Sait-on où elle se trouve ?

    -Oui nous le savons, approuve papa, mais nous ne tenons pas à vous mêler à cette histoire.

     

    Je prends aussitôt la mouche. Il me suffit d'un regard vers Thomas pour savoir qu'il pense comme moi. Adam, lui, se montre plutôt content.

     

    -Pourquoi nous en parler si vous ne voulez pas nous mêler à ça ? S'insurge Thomas. Je veux me battre ! Mes entraînements avec Jacob n'ont pas été vains !

    -Je n'en doute pas, acquiesce papa. Jacob est un excellent combattant et un allié de poids face à cette menace. Mais il est hors de questions que vous bous battiez à nos côtés !

    -Alors pourquoi nous parler de cette menace ? J'insiste. Si cette Alice, la gentille je veux dire, venez vivre avec nous, elle pourrait nous protéger ?

    -Steve, je ne te reconnais pas, dit maman. Tu déteste te battre, alors pourquoi insiste-tu autant pour entrer dans cette guerre ?

    -Avec la sorcière Alice à nos côtés, nous pouvons gagner. Elle aura besoin de toute l'aide que nous pouvons lui donner.

    -Steve ça suffit, tranche mon père. Cesse de nous parler d'Alice. Il est hors de question que vous la rencontriez. Son lieu de résidence restera un secret, même pour vous. Nous vous avons expliqué la situation pour que vous agissiez en connaissance de cause. Steve, tu as toujours été le plus prudent de vous trois et pourtant, en ce moment, tu es celui qui nous inquiète le plus. Tu ferais bien de changer de comportement avant que je ne te force à le faire.

    -Ce que votre père veut dire, intervient maman, c'est que nous aimerions que vous fassiez preuve de prudence. Vous devrez veiller à ne pas vous mettre en danger et surtout à garder un œil les uns sur les autres. L'université dans laquelle vous êtes inscrits sera l'endroit le plus sûr pour vous.

    -Maintenant que les choses soient claires, ajoute papa. Steve, arrête de nous parler d'Alice car nous ne t'en dirons pas plus à son sujet. Tu devrais aussi te séparer de cette fille sans cervelle que tu traînes tel un boulet. Elle n'a pas une bonne influence sur toi. Thomas, au lieu de penser à te battre tout le temps, penses à tes études. Je sais que tu as souffert avec mon père, crois-moi, je suis passé par là et j'en garde encore des séquelles. Mais il faut aller de l'avant. Adam, je compte sur toi pour veiller sur tes deux idiots de frères. Maintenant vous pouvez y aller. Votre mère et moi avons à faire.


  • Commentaires

    1
    Mardi 19 Mars 2019 à 08:15

    Trop belle Abélia quand même !

    2
    Vendredi 24 Mai 2019 à 11:58

    Bien tous ces résumés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :