• Chapitre 9: 10/09/17

    Chapitre 9: 19/09/17

    Année 1999

     Cela fait dix ans qu'elle est partie... Dix ans que la femme que j'aime est retournée dans les bras de son fiancé. Nous étions pourtant si complices, si proches. Je pensais qu'elle m'aimait vraiment... Akasha a encore réussi à me voler ce qui me revient de droit. Il a monté son empire alors que le mien s’effondre. Il s'est trouvé des vampires de confiance alors que moi je me retrouve tout seul. Je ne supporte plus que le destin se joue ainsi de moi. Je n'ai rien demandé... Ma chienne de mère s'est faite engrossée par un roi... Elle n'a même pas été fichue de le garder... Maintenant c'est à moi de payer les pots cassés... La place de roi, elle est à moi... Liara sera mienne qu'elle le veuille ou non...

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Je rumine ainsi ma colère d'avoir été lâchement abandonné. Lorsque je sens l'odeur du sang venant d'une petite maison. Je m'approche de la fenêtre et vois un couple en train de faire à manger. La femme vient de se couper et un filet de sang s'écoule de la plaie. Mon visage vampirique apparaît en même temps que mon envie de planter mes crocs dans leur cou. J'entre prestement dans la maison.
    Mes pouvoirs me permettent d'entrer dans n'importe quelle maison.

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Surpris, le couple me bloque le passage. A la vue de mon visage de vampire, l'homme comprend aussitôt ce que je suis. Il se retourne vers sa femme en lui criant dessus.

     

    -Marine court, vas te cacher.

     -Tu es bien conscient que cela ne servira à rien ?

     -Vous ne me faites pas peur ! Vous ne la toucherez jamais !

     

    Ce petit gringalet me fait bien rire.

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Je me jette alors sur lui, le maintenant par derrière. Il se débat comme un agneau sur le point d'être égorgé. Cela me plaît de le sentir se débattre. Il a l'odeur de la peur sur tout le corps. Je ne peux m'empêcher de lui lécher le cou et les oreilles. Avoir le goût de la peur dans ma bouche est un pur moment d'extase. Plus il crie, plus la femme cachée dans la chambre crie aussi. Oh que j'aime ces cris de terreur !

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Bientôt il n'est plus qu'un corps vide sans âme et sans vie. Encore une fois je me suis laissé aller, je n'ai pas su m'arrêter à temps... Liara savait me gérer. Sans elle, je ne suis plus qu'un animal sauvage assoiffé de sang. Il est trop tard pour que je le transforme, Tant pis, je tenterais de me retenir avec la femme.

     

    Chapitre 9: 19/09/17

    Je la trouve sous le lit de la chambre. Quelle cachette ridicule ! Pourquoi tout le monde fait une chose aussi idiote ? Je ne mets pas longtemps à la déloger de sa cachette. Elle pousse des cris de terreur. Je m'en délecte, aimant ce son strident sortant de sa bouche. Je frissonne de bonheur alors que je la plaque contre le mur. Je passe d'abord ma langue sur sa joue.

     

    -Je vous en prie, ne me faites pas de mal...

     -Ne t'en fais pas, je ne vais te faire que du bien... Après ça, tu ne pourras plus jamais m'oublier...

     

    Je la pousse sur le lit tout en lui arrachant sa jupe et sa culotte. Je me délecte de son visage déformé par la terreur. Je sens l'excitation parcourir tout mon corps, de mon cerveau jusqu'au bout de mon sexe. Elle tente de fuir mais ne peut rivaliser avec moi. Je me fais un malin plaisir à la torturer grâce à la terreur. Elle va me détester de lui faire du bien... Je suis tellement en manque de Liara... Lorsque j'enlève mon pantalon et mon caleçon, je ressemble plus à un animal en rut qu'à un homme.

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Je la maintiens fermement sur le lit et m'installe sur elle. Elle bouge tellement que je n'arrive pas à la pénétrer comme je le voudrais. Je lui enserre alors la gorge avec violence.

     

    -Tu vas arrêter de bouger sinon je vais te faire encore bien plus mal.

     

    Elle continue de gigoter ce qui me rend complètement fou. Je resserre encore plus mon étreinte autour de son cou. Je la sens suffoquer et se débattre. Je souris devant son agonie mais je finis par desserrer mon étreinte, juste assez pour qu'elle puisse respirer, même difficilement. Alors qu'elle inspire difficilement, je la pénètre violemment. Son corps se tend sous la douleur, les larmes coulent de ses yeux que je lèche avec envie.

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Mon sexe toujours en elle, je la retourne me retrouvant ainsi sur elle. Mes coups de reins se font encore plus puissants lui arrachant à chaque choc un hurlement de douleur. Plus elle crie plus l'excitation me gagne. Je n'arrive plus à m'arrêter. Je vais de plus en plus vite, de plus en plus fort, jusqu'à ce que je me vide en elle. Pendant qu'elle sanglote, allongée sur le lit, mon sexe toujours bien ancré, je lui plante mes crocs dans le cou et boit son sang Tout en recommençant à lui faire l'amour. Elle est épuisée, au bord de l’évanouissement, mais je m'en moque complètement. Ma souffrance, ma haine, je la déverse en elle une seconde fois. Elle est a deux doigts de perdre la vie, alors je lui fait boire de mon sang. Dans un dernier soubresaut, elle tente de se soustraire à moi. Je la bloque encore plus et la force à boire avant de lui briser la nuque. Seulement à ce moment là, je me retire.

     

    Chapitre 9: 19/09/17

     Je la laisse tomber sans vie sur son lit. Je reviendrai la voir plus tard. Ou alors j'irais voir quelqu'un d'autre... Peu importe ce n'est qu'un tas de chair et de sang. Je lui jette un dernier regard avant de partir.

    Je décide de prendre un peu l'air. Je marche sans vraiment savoir où je vais. Je décide de laisser parler mon instinct. Qu'elle n'est pas ma surprise lorsque je constate que je me trouve à Forgotten Hollow, le fief de mon frère. Cela fait si longtemps que je n'y avais pas mis les pieds. Les champs à perte de vue ont disparu. Seul des immeubles et des maisons meublent maintenant le paysage. Sur la colline, près de la grotte, se trouve le palais royal. Sous ma forme de chauve souris, je me rend devant et contemple de loin la femme que j'aime.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :