• Chapitre 73: 13/11/17

    Chapitre 73: 13/11/17

     Mon réveil est un peu difficile. J'ai mal à la tête. Je crois que je me suis concentré beaucoup trop longtemps. J'ai maintenant besoin de parler à ma mère et à Zatana mais pour l'heure, je dois aller rassurer tout le monde. Avant je vais m'allonger un peu. J'ai peur d'affronter leur regard, leur déception. Alors que je viens de m'affaler sur mon lit, j'entends des petits coups sur ma porte.

     

    -Qui est-ce ?

     -C'est moi, Mera. Je peux entrer s'il te plaît ?

     -Oui viens.

     

    Je me positionne sur le dos pendant que lui s'adosse contre le lit, à côté de moi. Il ne parle pas tout de suite. Il doit sûrement chercher ses mots... Ou alors il attend que je parle la première.

     

    -Tu vas bien ?

     -Oui Mera, je te remercie.

     -Tu ne dois pas rejeter tes protecteurs. Tu en auras besoin dans la bataille finale...

     -Il est hors de question qu'Océane se batte. Et je ne ferais rien contre Zatana.

     -Tu es amoureuse de lui ?

     -Oui, comme une folle. Je reste persuadée qu'il est quelqu'un de bien.

     -Tu n'as peut-être pas tort... Il est à moitié humain...

     -Comment ça ?

     

    Mera me raconte alors l'histoire du Cry Killer. Mais c'est vraiment affreux ce que Ramanga a fait à son propre fils.

     

    -C'est décidé, je dis en me levant. Je vais sauver le Cry Killer et maman sans qu'il y ait d'autres morts, je le promets !

     

    Chapitre 73: 13/11/17

     Les jours passent assez rapidement. Il faut dire qu'avec les cours et les devoirs, j'étais bien trop fatiguée pour avoir assez de force pour me servir de mon don. Mais ce soir c'est enfin les vacances. Je vais pouvoir retrouver Zatana... Je rêve sans cesse de lui. Je m'enferme alors dans ma chambre me concentrant sur lui. Je ne tarde pas à le voir, sur une plage, regardant l'horizon.

     Je me précipite vers lui et il nous suffit d'un seul regard pour que je me jette sur lui. Je dépose sur ses lèvres un léger baiser timide. Il me saisit alors par la taille et me tire à lui faisant naître en moi un désir bien plus intense que les fois précédentes. Nous n'avons pas besoin de mots pour nous comprendre. Il s'empare de ma langue que je lui offre avec avidité. Elles dansent sensuellement un moment, ensemble. Il me sert un peu plus contre lui. Je sens son corps et son entre-jambe qui ne demande qu'à se libérer. Mais est-ce raisonnable ? Je veux me donner à lui, entièrement à lui...

     

    Chapitre 73: 13/11/17

     Il semble ressentir la même chose car il commence à m'embrasser, à poser sa bouche sur tout mon corps. Je m'allonge sur le sol et l’entraîne avec moi. La chaleur que je ressens à chaque fois qu'il me touche, augmente de plus en plus. Ce feu qui brûle en moi le réclame de toutes ses forces. Je me cambre un peu plus lorsque je sens ses crocs s'enfoncer dans mon cou. Il boit mon sang et j'aime ça. Je le laisse faire priant pour qu'il ne s'arrête jamais. Ses mains caressent mes mains et remontent jusqu'à mes seins tendus de désirs. Lorsqu'il effleure mes tétons avec sa langue je ne peux retenir des gémissements de plaisir. Il me regarde alors dans les yeux et souris. Il a un peu de mon sang autour de sa bouche. Je tends ma main pour l'essuyer et il me l'embrasse. Mon Dieu comme je l'aime. Il passe alors sa main sous ma nuisette avant de caresser ma partie la plus intime. Je le laisse faire sans rechigner. Une fois qu'il me sent prête, il me pénètre doucement. Il est ma première fois...

     

    Chapitre 73: 13/11/17

     -Tu sais que je dois te tuer...

     -Oui je sais, mais tu n'es pas obligé...

     -Je le suis... Je suis né pour ça...

     -Est-ce vrai que tu ne ressens rien ? Cela te plaît-il autant de tuer ?

     

    Il reste silencieux regardant le ciel. Puis il dépose des petits baisers le long de mon dos. Bientôt je ne serais plus qu'un tas de chair inerte entre ses bras.

     

    -Depuis que je te connais, je suis perdu. Tu réveilles des sentiments que je n'avais plus connus depuis longtemps. Vous les humains êtes faible. Ta seule présence est une aberration dont je me dois de corriger l'existence...

     -Tu veux vraiment me tuer ?

     -Tu ne comprends donc rien ? Je ne veux pas te tuer mais je dois le faire ! Tu dois mourir pour le bien de mon peuple. Tu es une erreur de la nature, un mélange absurde qui n'aurait jamais dû voir le jour... Prépare-toi à mourir.

     

    Je regarde encore une fois celui que j'aime plus que tout. Je caresse son visage avec toute la tendresse que j'ai. Je lui souris.

     

    -Je ne suis pas encore prête à mourir, Zan. Laisse-moi te montrer ce qu'il y a de plus beau chez nous, les humains. Laisse-moi te persuader que chaque peuple à son rôle à jouer sur cette terre. Aide-nous à sauver ma mère et délivrer le monde de l'emprise de ton père. Laisse-moi t'aimer...

     

    Il se dégage de mon emprise et m'ordonne de le laisser tranquille, ce que je me résigne à faire. Je ferme les yeux et lorsque je les ouvre de nouveau, je me retrouve dans mon lit en train de pleurer.

     

    Chapitre 73: 13/11/17

     2052

    J'ai maintenant 17 ans. Je n'ai pas revu Zatana depuis cette fameuse fois où je me suis entièrement donné à lui. Mon père a décidé de revenir vivre avec moi pour me protéger. Du coup, Adeth, mon frère est aussi venu vivre avec nous. Avec Océane, ils sont faits pour être ensemble. Elle l'aide mon frère à surpasser ses préjugés. Il faut dire qu'il est très raciste... Enfin, je ne sais pas si c'est le bon terme pour dire qu'il n'aime pas ce qui est différent car ça lui fait peur. Il y a par exemple, ce couple gay que nous avons surpris un soir au bowling. Il ne l'a pas supporté et sans la présence de sa jolie blonde, il se serait battu avec eux. Il y a aussi Mera. Il est retourné dans son monde aux côtés de son père pour se préparer pour le jour de la grande bataille. Et puis il y a Akampa que je vois, de temps en temps, rôder autour de chez moi. Avec tous ces protecteurs, il ne risque pas de m'arriver grand-chose.

     

    Chapitre 73: 13/11/17

    Il est temps pour moi de retourner voir Zatana. Après tout ce temps, il s'est peut-être assagi... Il faut que je le persuade de me suivre, de rester à mes côtés. Il faut que je l'éloigne de son père...

     

    -Te revoilà enfin ! Murmure-t-il.

     

    Je n'ai pas le temps de réagir qu'il me saute dessus me faisant tomber sur le sol. Il s'installe alors sur moi et me regarde avec ses yeux perçants. Il sort les crocs mais je n'ai pas peur.

     

    -Je veux vivre Zan, je veux vivre à tes côtés toute ma vie...

    -Il faut que tu meures pour la survie de notre race. Les humains sont des êtres faibles qui n'ont de cesse de nous embrouiller l'esprit...

    -C'est faux. Souviens-toi de ta mère... Elle t'aimait tellement qu'elle a donné sa vie pour te protéger. Cherche au fond de ton cœur et tu trouveras la réponse.

     

    Il se met soudain à pleurer. Le souvenir de sa mère doit être très douloureux et le faire atrocement souffrir.

     

    -Je me souviens très bien des coups qu'elle recevait et à chaque fois elle gardait ce même sourire et me chuchotait : « je t'aime mon fils. Tu es ma fierté et je suis certaine que tu deviendras un grand homme ! »

     

    Il se met tout à coup à hurler et pleurer. Je le serre fort dans mes bras.

     

    -Je t'aime Zatana. Je suis certaine que tu es quelqu'un de bien. Vis avec moi parmi les humains et aide-moi à mettre fin au règne de terreur de ton père. Aide moi à construire le monde que ta mère désirait tant.

     

    Il se lève et s'enfuit à toute vitesse. Il a sûrement peur que je le vois ainsi. Mais pour moi, il en est que plus touchant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :