• Chapitre 66: 6/11/17

    Chapitre 66: 6/11/17

    2047, Newcrest, Abélia

     Ma nouvelle famille a tout fait pour que je me sente bien parmi eux. Ils ne m'ont jamais caché qu'un accident de voiture m'avait enlevé mes parents... J'aurais tant aimé les connaître... Ma mère a-t-elle les cheveux aussi noir que les miens ? Ou serait-ce mon père ? De qui je tiens mes grands yeux ? Claire me dit souvent que je ressemble beaucoup à mes deux parents. Je suis vraiment heureuse. Surtout que nous sortons souvent avec ma famille. Je découvre ainsi tellement de chose. Ils n'ont jamais fait de différences entre Océane et moi ce qui nous a permis de nous rapprocher considérablement. Elle a toujours été très protectrice avec moi, me protégeant de tout et de rien.

     

    Chapitre 66: 6/11/17

     Depuis que nous avons eu 6 ans, je n'ai toujours pas osé parler à Shun. Il faut dire que Valérie ne le laisse pas souvent seul. Et avec l'âge, elle est devenue aussi méchante que belle. Je ne sais vraiment pas ce que Shun lui trouve. Je suis toujours aussi folle de lui. Il faut dire qu'il est très populaire, aussi bien auprès des filles que des garçons... Il est vraiment parfait ! Il a tout pour lui, l'intelligence et la beauté. Je me contente de le regarder, sans jamais oser l'aborder. Heureusement que j'ai Océane, chaque jour, à mes côtés. Souvent je regarde Shun de loin, toujours accompagné de ses copains.

     

    Chapitre 66: 6/11/17

     Avec Océane, nous aimons aller au parc pour jouer. Nous y rencontrons souvent d'autres enfants avec qui nous aimons jouer. Et puis il 'y a surtout Shun qui y vient. Bon il est vrai que Valérie le colle toujours autant. Il y a aussi un garçon aux cheveux jaune toujours accompagné d'un jeune homme brun. Les deux autres enfants restent souvent seuls dans leur coin. Comme à notre habitude, nous avons apporté notre pique nique. Nous faisons toujours plus à manger pour en donner à nos camarades. Personne ne parle vraiment, mais tout le monde se régale, c'est déjà ça.

     Nous adorons tous ces jeux. Avec Océane, nous sommes, tour à tour, des princesses kidnappées sur un bateau pirate ou des explorateurs venus d'ailleurs. Mais ce jour là, je ne me sens pas très bien. Une atmosphère pesante pèse sur nous. Je ne sais pas ce qui se passe. Dans quelques semaines je vais avoir 12 ans. Je vais devenir une ado. Bien que je pense que tout est dû au stress, je me sens comme épiée, surveillée. J'ai un mauvais pressentiment et sans m'en rendre compte, je saisis la main de mon amie.

     

    -Abi, qu'est-ce qu'il y a ? Hé oh Abi, je te parle !

     -Pardon ? Tu disais ?

     -Qu'as-tu vu ?

     -Je ne sais pas... J'ai l'impression que nous sommes surveillées...

     -Ne dis pas n'importe quoi, qui veux tu...

     -Viens rentrons.

     

    Chapitre 66: 6/11/17

     Incapable de me calmer, j’entraîne Océane derrière moi dans l'espoir d'échapper à ce mal être. Rien ne m'aide à me sentir mieux. Ce jour-là, je reste très silencieuse faisant naître des questions au sein de ma famille. Je ne sais pas ce que j'ai, mais je dois m'isoler. Je m'excuse et monte immédiatement me coucher. Océane me rejoints peu après.

     

    -Abi, tu vas bien ?

     -Je n'en sais rien... Cette journée est tellement étrange. Je sens qu'il y a des choses qui changent mais je suis incapable de dire quoi.

     -Que s'est-il passé tout à l'heure ? Au parc, tu es devenue toute...

     -Je ne sais pas quoi te dire. J'ai ressenti une aura meurtrière...

     -Que veux-tu dire par là ?

    -C'est comme si quelqu'un voulait me tuer...

     -C'est affreux ce que tu dis ! Je n'ai vu personne à part les enfants habituels...Aucun d'eux ne pourraient être un tueur...

     -Je sais bien, mais je peux t'assurer que je ne te mens pas.

     -Tu ferais bien de dormir Abi. Demain tu y verras sûrement plus clair.

     -Tu as sans doute raison Océ. Merci et bonne nuit.

     

    Je reste un moment, silencieuse, écoutant la respiration de mon amie se faire de plus en plus lente. Je souris en l'entendant ronfler doucement. Au moins l'une d'entre nous va pouvoir passer une bonne nuit de sommeil. Je soupire et me retourne dans le lit essayant tant bien que mal de trouver le sommeil.

     

    Chapitre 66: 6/11/17

     Le lendemain Claire et Eric décident qu'il est temps d'avoir une conversation avec moi. Ils me demandent ainsi qu'à Océane de les rejoindre dans le salon. Ils ont l'air grave. Claire est assise sur le canapé pendant qu'Eric se poste devant la fenêtre contemplant un point à l'horizon.

     

    -Abélia, commence Claire. Bientôt vous allez toutes les deux avoir 12 ans. A ce moment nous aurons une autre discussion sérieuse. Mais pour l'heure, nous devons savoir ce qui s'est passé hier.

    -Pourquoi ? Que voulez-vous vous nous dire ? Pourquoi ne pas nous le dire maintenant ?

     

    Je m'interroge de plus en plus et je ne supporte plus ce ton mystérieux qu'ils emploient. Eric ne bouge pas de la fenêtre refusant de me regarder.

     

    -Nous ne pouvons pas t'en parler maintenant. Nous avons promis à tes parents de ne rien te dire avant tes 12 ans.

    -Mes parents ? Mais je ne comprends pas ce qu'ils viennent faire là-dedans...

    -Tout ce que l'on peut te dire, intervient enfin Eric, c'est qu'ils ne sont pas morts dans un accident de voiture.

    -Je ne comprends pas ce que tu veux dire...

    -Écoute ma chérie, enchaîne Claire. Tes parents sont toujours en vie, enfin, on présume. Nous n'avons pas de nouvelles d'eux depuis des années. Mais avant de disparaître ils nous ont fait promettre de te protéger contre ceux qui veulent te tuer.

    -Mais qui veut me tuer ? Je ne comprends rien à...

    -Nous ne pouvons rien te dire pour le moment, assure Eric. Mais fais très attention à toi, je t'en supplie. Ton destin est l'un des plus importants pour tous les peuples du monde entier. Tout le monde compte sur toi.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :