• Chapitre 5 : Révélations

    Chapitre 5 : Révélations

    J'ai finalement réussi à me sortir Géraldine de la tête pour profiter de ma soirée. Elle est partie rapidement après sa dispute avec Dareck et je n'ai pas demandé plus de détails. Je voulais juste passer un agréable moment avec mes amis... Cela ne m'était plus arrivé depuis si longtemps... Géraldine réussit toujours à tout gâcher... J'aimerais tant pouvoir la quitter, mais je n'y arrive pas. Je me sens comme enfermé, pris au piège de son amour... Mais peut-elle vraiment m'aimer ? A bien y réfléchir, elle a commencé à me tromper quand j'ai moi-même commencé à me détacher d'elle, à la toucher de moins en moins... Agirait-elle ainsi pour me rendre jaloux afin que je prenne un peu plus soin d'elle ? Cette fille va finir par me rendre fou... Mais pas fou d'amour, fou tout court... Il faut que je me presse de me préparer car il est prévu que mes frères et moi passons la journée avec nos parents... J'ignore ce qu'il se passe, mais ils semblent avoir quelque chose d'important à nous dire.

    Une fois prêt, je rejoints tout le monde dans la salle à manger. Tout le monde est déjà installé pour manger. Avant que maman n'aille s'asseoir, je la prends dans mes bras et l'embrasse sur le haut de la tête. Je suis déjà bien plus grand qu'elle mais je me sens tout de même si petit devant mon père.

     

    -Bonjour mon garçon, dit-elle en souriant. Je voulais encore te féliciter pour ton match. C'était magnifique. Même Akasha a été hypnotisé par ton jeu.

    -Il est venu me parler à la fin... Il est vraiment très intimidant... Je ne sais pas de qui j'ai le plus peur, de lui ou de papa...

    -Je n'ai pourtant rien d'impressionnant, intervient mon père. Viens donc t'asseoir et manger un bout avant que nous partions.

     

    Je salue mes frères qui se posent autant de questions que moi. Les moments en famille sont devenus assez rares. Il faut dire que nous avons chacun nos vies et nos préoccupations. Thomas, Adam et moi allons tous les trois entrer dans la même université. Papa et maman ont beaucoup insisté là-dessus et Jacob est venue en rajouter une couche.

    Thomas a eu beaucoup de mal à se faire à l'idée de laisser tomber son pote David. Je les soupçonne même de coucher ensemble de temps en temps. En même temps, mon frère est bi donc il n'est pas étonnant de le voir avoir des rapports avec l'un ou l'autre sexe... Mais il vient tout juste de retrouver sa famille et il se sent bien parmi nous, alors il ne veut pas s'opposer. En plus, de savoir que papa est le fils de celui qui l'a élevé lui fait peur. Il n'est pas encore arrivé à accepter la présence de notre père. Adam est celui qui a le moins de mal à accepter cette décision. Il a toujours été très attentionné et très obéissant. Il ne contredit jamais personne même s'il faut qu'il omette certain détail, comme son attirance pour les garçons. Je m'empare d'une pancakes tout en regardant mes parents.

     

    -Où va-t-on ? Demande Thomas.

    -Au bord de la mer, répond papa en le regardant. Tu aimes l'océan ?

    -Euh... Oui...

     

    Soudain le regard de mon père se fait rêveur. Il a ce sourire au coin des lèvres qui n’apparaît que quand il regarde maman.

     

    -A l'époque je voulais, non je devais tuer votre mère. Mon père me l'avait ordonné... Mais j'avais passé tellement de temps avec elle que j'en étais tombé fou amoureux. Mais le Cry Killer ne devait pas faiblir... Je rencontrais souvent votre mère, dans nos rêves... Les plus beaux moments sont ceux que nous avons passé devant cette grande étendue bleue...

    -Zan, ne va pas leur parler de ça ! C'est gênant, intervient ma mère les joues rougies.

     

    Mes frères et moi nous nous regardons en souriant. Nous aimons beaucoup quand ils nous parlent de leur passé. Mon père continue dans ses souvenirs.

     

    -Savez-vous que votre mère était fascinée par moi ? Je me souviens de ce devoir que nous devions faire sur les créatures. Votre mère a tenu à ce que nous parlions de trois personnes : Xev, le prince déserteur, Saphira, la princesse Alien et le Cry Killer... Elle ne savait pas encore qui j'étais...

    -Zan arrête de ressasser le passé. On aura bien d'autres occasions de le faire, coupe maman avant de se retourner vers nous. Votre père est triste de vous voir quitter la maison mais ne faites pas attention à lui, je me chargerai de lui remonter le moral quand vous serez parti.

    -Maman !

    -Oh ça va Steve, ce n'est pas comme si tu ne savais pas ce que c'était... Pareil pour vous les garçons... Que ce soit avec des hommes ou des femmes, cela ne change rien...

     

    Nous restons bouche bée devant ce qu'elle vient de nous dire. Ce qui nous choque ce n'est pas sa confidence de coucher avec papa, mais plutôt le fait qu'elle nous laisse entendre qu'elle est au courant pour les attirances de mes frères... Adam se met entre Thomas et moi.

     

    -Vous croyez qu'ils sont vraiment au courant ? Demande-t-il inquiet.

    -Maman on dirait bien, je confirme, mais pour papa, rien est moins certain.

    -Tu penses qu'il le prendrait comment ? Interroge Thomas une pointe de peur dans la voix.

    -Je dois t'avouer que nous n'en savons rien... Répond Adam en soupirant. Il paraît que lorsqu'il était le Cry killer, il était impitoyable et a tué des centaines de personnes. Mais depuis que nous le connaissons, il est doux comme un agneau...

    -Écoutez, j'interviens, rien ne sert d’interpréter ce que maman vient de nous dire. Attendons et nous verrons bien. De toutes façons, ils ne pourront rien changer au fait que nous soyons gay, bi ou hétéro. Nous aimons qui nous aimons et le reste on s'en fou...

     

    La voix de notre mère nous interrompt nous demandant de nous dépêcher car papa s'impatiente.

     

    ***

     

    Lorsque nous arrivons à Brindleton Bay, nous avons la surprise d'y voir notre cousin Nicolas, et notre oncle Adeth. Nous sommes très heureux de le voir et cela nous promet une belle journée en perspective, mais le visage fermé de notre oncle nous refroidit. Pourtant, les parents nous proposent de nous divertir un peu avant de les rejoindre. Nicolas a pensé à apporter un ballon alors nous décidons de faire un petit match deux contre deux. Adam et moi contre Thomas et Nicolas. On s'amuse comme des fous oubliant les parents qui parlent non loin de là...

    C'est épuisé que nous rejoignons les parents qui discutent avec animation. A notre approche, ils se taisent visiblement mal à l'aise. Adam propose une petite séance photo pour dérider tout ce monde. Ils acceptent et se prêtent au jeu. Puis, ils redeviennent grave.

     

    -Les garçons, venez nous rejoindre, dit maman.

     

    Lorsque nous nous asseyons, leur visage est fermé. Mon téléphone ne cesse de sonner ce qui commence sérieusement à énerver mon père.

     

    -Steve, éteins-le s'il te plaît. Nous devons vous parler et de l'entendre sonner toutes les minutes commence à me gonfler.

     

    Sans demander mon reste, je l'éteints attendant d'entendre ce qui se passe.

     

    -Si on vous envoie à l'université, ce n'est pas que pour vos études, commence mon oncle. Vous êtes en danger en restant ici, et nous devons vous savoir en sécurité.

    -En danger ? Insiste Thomas. Je ne comprends pas pourquoi...

    -Mon père, Ramanga, s'est remis à bouger, annonce notre père. Il semblerait qu'il ait trouvé un moyen pour redevenir le vampire qu'il était jadis et il a juré de nous faire payer ce que nous lui avons fait. Je ne suis plus un vampire et Akasha n'est plus l'originel qu'il était... J'ai bien peur que nous ne puissions plus l'affronter...

     

    Je n'avais encore jamais vu mon père dans cet état. J'ai entendu toutes les histoires sur Ramanga le sanguinaire... Mais cette peur dans le regard de papa... J'en ai des frissons...

     

    -Des réunions ont lieu avec le représentant de chaque peuple, explique maman : Akampa, le roi vampire, Mera le roi alien, Akasha, l'humain au pouvoirs immense et Jacob, le représentant humain.

    -Mais cette fois, Ramanga ne revient pas seul, ajoute Adeth... Il aurait déjà une alliance avec une autre créature surnaturelle...

     

    Ils ne nous donnent pas d'autres explications... Ils nous ordonnent simplement de faire très attention aux personnes et aux endroits que nous côtoyons.

     

    ***

     

    J'avoue être complément perdu. C'est une chose de connaître nos origines loufoques, de connaître des personnes qui ne sont pas humaines, mais de voir des légendes revenir à la vie... Non, je ne peux pas y croire... De toutes façons, si je me persuade que tout cela n'est qu'une blague, j'arriverai à m’en convaincre... Et puis, je ne comprends pas pourquoi nous serons plus en sécurité dans cet internat à l'université, plutôt qu'ici, auprès de notre famille... Peu importe, maintenant que je suis seul dans ma chambre, je peux enfin regarder mon téléphone : vingt appels en absence de Géraldine et quarante textos tous plus assassins les uns que les autres. J’éteints mon portable et m'allonge sur le lit me demandant quelle excuse je pourrais lui sortir...

     

    ***

     

    Après une bonne nuit de sommeil, je décide de repartir du bon pied. J'envoie un message à Géraldine puis à Pierre pour leur proposer de passer la journée ensemble. Cela fait bien longtemps que cela ne nous ait pas arrivé et je soupçonne Pierre de faire la gueule. D'ailleurs sa réponse prouve que j'ai vu juste.

     

    -Si Monsieur pense avoir du temps à accorder à son meilleur ami, je pourrais y penser.

    -Excuse-moi, j'ai eu beaucoup de choses à gérer !

    -Ce n'est pas une raison pour me laisser de côté...

    -Rejoins-moi au bar karaoké de San myshuno. A tout à l'heure !

     

    Je souris. Tout le monde a beau me dire que ce n'est pas quelqu'un de bien, il a toujours été honnête avec moi. La réponse de Géraldine est beaucoup plus assassine.

     

    -Tu te souviens tout à coup que tu as une petite amie ? Je ne suis pas une chienne que tu siffles quand tu en as envie.

     

    Elle m’exaspère et je tape machinalement ma réponse que je prends le temps de relire avant d'envoyer.

     

    -Non tu es une chienne qui écarte les jambes dès qu'un mâle passe devant elle...

     

    Je secoue la tête. Pas moyen que j'envoie ce message. Je l'efface et le recommence.

     

    -Je serai au bar karaoké de San Myshuno avec Pierre tout à l'heure. Si tu veux rejoins-nous.

     

    ***

     

    Lorsque j'arrive sur place, Pierre est déjà là entrain de m'attendre. Il pianote sur son téléphone. Je m'approche et commence à le taquiner.

     

    -A qui écris-tu avec autant d'attention ?

    -A personne en particulier...

    -A ta petite amie ?

     

    J'insiste car depuis que je le connais, je n'ai jamais vu l'une de ses conquêtes. Je ne comprends pas pourquoi il fait tant de mystère.

     

    -Et pourquoi je ferais ça ? Et puis cela ne te regarde pas !

    -Tu fais tout un mystère, alors c'est normal que je me pose des questions, non ?

    -Géraldine va nous rejoindre ?

     

    Je hausse les épaules pour lui signifier que je n'en sais rien. Il baisse les yeux et restes silencieux mais je sais qu'il veut me dire quelque chose mais n'y arrive pas. Je décide de ne pas le brusquer. Je suis Pierre qui s'installe au bar et se commande une boisson. Je fais la même chose tout en laissant le silence s'installer.

     

    -Tu comptes rompre quand avec Géraldine ?

     

    Sa question me surprend. Je le pensais très proche d'elle...

     

    -Pourquoi tu me demande ça ?

    -Tu l'aimes encore ?

    -Avec tes questions je pourrais croire que tu n'attends qu'une seule chose : qu'elle soit célibataire pour pouvoir coucher avec elle...

     

    Pierre se redresse d'un bond en cirant.

     

    -Non mais ça va pas ? Jamais je ne ferais une chose pareille !

    -C'est bon, détend toi un peu. Mais qu'est-ce qui t'arrive à la fin ? Tu es vraiment bizarre.

    -Je suis comme d'habitude. Traîner avec tes frères ou ce Jacob te fait changer... Il y a aussi ce Shane... Je ne sais pas ce que tu leur trouve de plus qu'à moi...

    -Hey tu ne serais pas un peu trop jaloux ?

     

    Géraldine choisi ce moment pour nous interrompre. Elle arrive par derrière et me prend dans ses bras.

     

    -Coucou les garçons ! Vous parliez de quoi ?

     

    Je me retourne pour lui faire face. Pour une fois son visage n'est pas déformé par la colère. Elle est juste tellement belle quand elle sourit. Je décide de faire un effort et l'embrasse. Surprise sur le moment, elle a un mouvement de recul puis elle se laisse faire et force le baiser à se prolonger.

     

    -Qu'est-ce qui t'arrive Steve ? Me demande-t-elle lorsque nos bouches se détachent. Ça fait trop longtemps que tu ne m'avais pas embrassé de cette façon...

    -Je sais, suis désolé...

    -C'est pas grave puisque tu sembles retrouver la raison...

     

    Je lui fais un petit sourire avant de me tourner vers Pierre. Géraldine ne semble pas entièrement satisfaite et se colle à moi, m'enlaçant tendrement. Cela fait plaisir de ne pas avoir sa voix partir dans les aiguës geindre dans mes oreilles.

     

    -Faut pas vous gêner surtout, bougonne Pierre. Comme si vous étiez seuls...

    -Fais pas ton jaloux, je le taquine. Tu vas certainement pouvoir trouver une jolie fi...

    -Lâche-moi un peu avec ça, s'énerve-t-il en repoussant ma main.

    -Tu es bien susceptible, je soupire. Une partie de babyfoot t'aiderait peut-être à retrouver ta bonne humeur ?

    -Mouai, c'est une bonne idée.

     

    Je le suis jusqu'au jeu qui se trouve juste derrière nous. Géraldine semble contente est reste collée à moi ne regardant pas les garçons autour. Je me rends alors compte que son attitude d'aller voir ailleurs n'est que de ma faute... A force de la délaisser, elle cherche à me rendre jaloux. Je devrais faire des efforts, mais quand je la regarde, je ne sens plus mon cœur battre la chamade comme avant... Alors que je suis en train de mettre une belle raclée à Pierre, nous sommes dérangés par un bruit de dispute. Je me retourne, intrigué, prêt à aller aider la victime quand Pierre me retient.

     

    -Ne te mêle pas de ça.

    -Comment veux-tu que je reste à regarder quelqu'un se faire malmener ?

     

    Je me dégage énervé et me rends sur le lieu de l'agression. Intérieurement je remercie Jacob de m'avoir donné quelques notions de bagarre... Lorsque je m'approche, je vois un jeune homme roux se faire chahuter par deux gars plus âgés. Il a déjà l'air de s'en être pris plein la tête.

     

    -Il est où ?

    -Je... Je...

    -Mais bordel tu vas me répondre ? Je commence à perdre patience !

     

    Le second homme s'apprête à lui envoyer un coup mais je l'arrête avant.

     

    -Doucement, je dis en me mettant entre eux et le garçon. Qu'est-ce qui se passe ?

    -Dégage-toi, gronde l'un des hommes. On t'a pas sonné.

    -Je ne bougerai pas d'ici. Vous devriez le laisser tranquille sinon je me verrais dans l'obligation de vous rendre tous les coups que vous lui avez donné...

     

    Le rire sournois des agresseurs raisonne dans tout le bar, couvrant le bruit des karaokés.

     

    -C'est pas un vermisseau dans ton genre qui va nous faire peur... On doit causer avec lui alors tu ferais mieux de nous laisser tranquille.

     

    Avant que je ne puisse faire quoique ce soit, ils se jettent sur moi. Je me reçois un coup en pleine figure qui me fait légèrement chanceler. Je reprends bien vite mes esprits et je rends coups pour coups. Un contre deux, le combat semble très inégal, mais grâce à mes entraînements avec Jacob et Thomas, je prends facilement le dessus. Les deux agresseurs se retrouvent bien vite sur le sol.

     

    -Dégagez et ne remettez plus les pieds ici.

     

    Je me tourne alors vers le jeune homme. Il a encore très peur, je le vois dans ses yeux. Il a de jolis cheveux roux et de magnifique yeux verts. Je m'approche tout doucement lui tendant la main pour l'aider à se relever.

     

    -Tu vas bien ?

     

    Il ne me répond pas. Après ce qu'il vient de se passer c'est tout à fait compréhensible. Je tente encore de l'approcher mais soudain il repousse ma main tendue.

     

    -Je déteste les gens comme toi.

    -Les gens comme moi ? Je répète étonné par les mots forts qu'il vient de prononcer.

    -Oui les gens prêts à tout pour qu'on les remarque. Je ne t'avais rien demandé ! Tu n'avais pas à te mêler de ça...

    -Tu aurais peut-être voulu que je les laisse te tabasser ?

    -OUI !

     

    Je sursaute devant le ton employé. Il a hurlé au lieu de parler. Ce garçon ne semble pas m'aimer, mais j'en ignore la raison... Je ne le connais pourtant pas du tout... Il baisse les yeux avant de continuer.

     

    -J'aurai préféré crever plutôt que de te devoir quelque chose.

    -Je n'attends rien en retour. Ce que j'ai fait pour toi, je l'aurai fait pour n'importe qui...

    -C'est bien ça le problème, lance-t-il avant de détaler.

     

    Encore sous le choc de la violence des propos du garçon, je ne réplique pas quand Géraldine et Pierre m’entraînent dans l'une des salles de karaoké. Pendant que Gé chante, Pierre s’assoit à côté de moi.

     

    -Je te l'ai toujours dit qu'il était étrange.

    -Tu le connais ?

     

    Pierre soupire en posant un regard désapprobateur sur moi.

     

    -Tu es beau, intelligent et fort mais tu n'es pas du tout physionomiste.

    -Je n’y peux rien si je ne parviens pas à retenir les noms des gens que je croise... Alors c'est qui ?

    -C'est Tim Garnier. Il était dans notre classe en primaire et au collège.

    -Tim...

     

    Ce nom me rappelle vaguement quelque chose... J'ai beau me creuser la tête, mais cela ne me revient pas en mémoire.

     

    -Il était avec nous lors de notre colonie de vacances. Il sortait avec Corbin Lomar.

    -Ah oui je me souviens maintenant ! Il a bien changé !

    -Tu devrais rester loin de lui... Il ne t'apportera que des problèmes !

    -Vu comme il m'a remercié, je doute fort que je le recroise un jour !


  • Commentaires

    1
    Mercredi 6 Mai à 14:46

    tu va arrete d appelle cette geraldine a la fin oui, elle te fait mal. ET se petit roux pk a t il des probleme il a l air innocent

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :