• Chapitre 26 : Les larmes d’un ange

     Chapitre 26 : Les larmes d’un ange

    Point de vue de Tim

     

    J’appréhende mon rendez-vous avec le docteur Tran. Je le sais, je le sens, mon corps est entrain de lâcher, mon cœur me fait de plus en plus souffrir et cela n’a rien à voir avec Steve… Enfin, pas entièrement.

     

    -Tim, c’est à toi, dit le docteur en me souriant.

     

    Mes jambes tremblent et s’inquiètent de ce qu’il va bien pouvoir me dire. Le docteur sent mon trouble et vient m’aider à marcher. J’ai peur… Je suis effrayé à l’idée de mourir…

     

    -Tim, comment te sens-tu ?

    -Pas bien, j’avoue en baissant les yeux pour cacher les larmes qui commencent à venir.

    -Je ne vais pas te mentir ou te cacher la vérité. Ton corps et surtout ton cœur est au plus mal. Les différents événements et agressions de ces derniers temps ont considérablement fait avancer ta maladie.

     

    Je le sais tout ça, mais ce n’est pas pareil quand c’est le médecin qui te le dit… Il sait que j’ai besoin de temps pour digérer cette nouvelle et me laisse un moment pour me remettre. Je pose alors mon regard larmoyant sur lui l’invitant à poursuivre.

     

    -Je vais devoir t’hospitaliser à temps plein à l’hôpital si je veux pouvoir prolonger ta vie un peu plus… Je suis désolé Tim d’être celui qui t’apporte une telle nouvelle, mais il faut que tu prennes conscience que ta façon de vivre n’est pas bonne pour toi.

    -Quand souhaitez-vous que je rentre à l’hôpital ?

    -Le plus tôt sera la mieux. Même si je devrai te faire entrer maintenant, je te laisse la journée pour mettre de l’ordre dans ta vie et je t’attends demain matin des 9h.

     

    J’acquiesce, le cœur brisé. Ma nouvelle maison sera désormais l’hôpital. Je vais devoir y vivre jusqu’à ma mort… Quand surviendra-t-elle ? Demain ? Dans un an ? Six mois ? Je suis complètement perdu et je me sens seul. Je n’ai prévenu personne de ma visite au docteur et je dois donc affronter la réalité des choses, seul… De toute façon, je ne veux voir personnes si c’est pour que l’on me dise je suis désolé ou qu’ils me soutiennent… Ces phrases bateau ne servent strictement à rien, juste à leur donner bonne conscience…

    Je me rends à la bibliothèque de la ville voisine afin que personne ne puisse me trouver. Je dois réfléchir et quoi de mieux que la bibliothèque pour cela ? Ce lieu a toujours été mon favori de par son calme et sa source sans limite de savoir. C’est certainement la dernière fois que j’y mets les pieds… A cette pensée, mon cœur se serre et mes larmes recommencent à couler.

    Une fois attablée à l’une des tables, je réfléchis. Que dois-je mettre en ordre dans ma vie ? Une seule chose me vient à l’esprit : mon amour pour Corbin et Steve. Je dois leur dire ce que j’ai sur le cœur. J’écris une lettre pour chacun d’entre eux. Je mets bien plus de quatre heures à les rédiger, entre mes crises de larmes et mes souvenirs.

    Je viens de déposer mes lettres chez Lucas qui ne m’a rien demandé. Il a accepté sa mission sans broncher comme s’il avait deviné ce que je faisais. Il m’a juste serré dans ses bras comme une dernière étreinte. J’apprécie son silence et surtout son geste. Je pars alors sans prononcer un mot. Je dois me vider l’esprit et je ne trouve rien de mieux que de me promener dans le parc. L’air de la fin de journée ne pourra que me faire du bien…

     

    ***

    Point de vue de Géraldine

     

    Steve est vrai connard. Je vais lui faire payer ce qu’il m’a fait où je ne m’appelle plus Géraldine ! Je vais avoir besoin de Pierre qui semble tout aussi remonter que moi. Je le trouve en grande conversation avec David.

     

    -Pierre, il faut qu’on parle.

    -Attends deux secondes, je finis ce que je fais. Alors on est bon ?

    -Tu vas devoir m’expliquer ce que tu veux en faire.

    -Pas maintenant mais je te promets que je le ferai. Merci, tu es un vrai pote.

     

    Ce n’est qu’une fois David partis qu’il consent à faire attention à moi ce qui a le don de me mettre encore plus hors de moi. Je ne me prive pas de lui en faire la remarque.

     

    -Ton égo est le cadet de mes soucis, réplique-t-il. Tu me veux quoi ?

    -Je laisse passer pour cette fois car j’ai quelque chose d’important à te dire, mais la prochaine fois que tu me parles sur ce ton tu vas t’en mordre longtemps les doigts.

    -Ca va j’ai compris, souffle-t-il. Qu’est-ce que tu me veux ?

    -J’ai besoin de ton aide pour me venger de Steve. Je veux payer ce qu’il m’a fait…

    -Qu’est-ce qu’il t’a fait ? Il a refusé de coucher avec toi ?

    -Ton ton moqueur ne me plait pas du tout… Il est venu pour me demander de coucher avec lui et une fois fait, il s’est cassé me rembarrant.

    -C’est de la faute à Tim alors pourquoi tu veux t’en prendre à lui ? 

     

    Oui il a raison… Si Tim n’avait existé, Steve serait toujours sous mon emprise… Ramanga est mort maintenant, je n’ai plus personne vers qui me tourner. Pierre semble avoir un plan.

     

    -Tu me manigances quelque chose toi ?

    -Jusqu’où es-tu prête à aller pour te venger ?

    -Je suis allée jusqu’à percuter de plein fouet, avec ma voiture, une femme et une enfant pour ne pas perdre Steve alors crois-moi que je suis prête à aller aussi loin que possible pour qu’il me revienne.

    -Dans ce cas, j’ai une solution à tous nos problèmes.

     

    Il se rapproche de moi cachant quelque chose dans sa veste. Je me demande bien ce que cela peut être. Lorsqu’il me montre l’objet qu’il cache, je comprends aussitôt ce qu’il a en tête.

     

    -Es-tu certain de vouloir aller jusque là ?

    -Moi oui, mais si toi tu as des doutes, tu n’es pas obligé de me suivre…

    -Si Steve l’apprend, on le perdra à jamais…

    -Il n’a aucune raison de le savoir. J’ai déjà tout prévu. Si tu veux te joindre à moi rejoints moi ce soir au terrain de basket.

     

    ***

    Point de vue de Tim

     

    Le soleil vient de se coucher et je n’ai toujours pas envie de rentrer. Pour aller où ? Je n’ai plus de chez moi, je n’ai même plus de vie… Je m’arrête un instant regardant le ciel noir où la lumière des étoiles a du mal à percer. Pour elles aussi ce jour est une journée triste. Je m’apprête à repartir lorsque j’entends, au loin, quelqu’un m’appeler. Je regarde et je vois Steve et Corbin se précipiter vers moi. Comment m’ont-ils retrouvé ? Mon cœur s'emballe à leur simple vue. Je ne veux pas qu’ils me voient aussi faible et impuissant… Ils sont tellement beaux tous les deux. Comment vais-je faire pour ne plus jamais les voir ? Alors que je les vois s’approcher, deux formes sombres encagoulés sortent de derrière un arbre et se jettent sur moi. Je reconnais tout de suite la longue chevelure blonde et le regard perçant de mes assaillants.

    Alors que Géraldine se place derrière moi bloquant tous mes mouvements, Pierre s'approche de moi par devant. Je sens alors une énorme douleur irradier tout mon corps.

     

    -La vengeance est un plat qui se mange froid. Tu nous as enlevé nos espoirs et nos rêves, nous allons t'enlever bien plus.

     

    Cette menace sonne le glas pour moi. Pierre me donne plusieurs autres coups de couteau qui m’arrache, à chaque fois des cris de douleurs. Tout commence à tourner autour de moi mais j’ai le temps de voir mes agresseurs disparaitre rapidement. Je perds alors l'équilibre et m’affaisse sur le sol. Steve et Corbin arrivent en hurlant. J’ai seulement le temps de voir leur visage remplis de larmes penchés sur moi.

    Je n’arrive plus à parler même si mon cœur leur cri son amour. Je me contente juste de sourire. Finalement, je vais mourir aujourd’hui, dans les bras de ceux que j’aime, que demandez de plus. Petit à petit mes yeux se ferment. Je n’entends plus les cris de douleurs de Steve et Corbin, je ne ressens même plus mon cœur battre, je m’apaise doucement et me laisse partir, serein…

     

    ***

     

    Depuis combien de temps ai-je les yeux fermés ? Suis-je au mort ? Je ne ressens plus aucune douleur, je me sens comme libéré. Est-ce ça le paradis ? Fait-il jour ? Fait-il nuit ? Je n'en sais rien... Mais Coby, je sais que tu es là, assis à mes côtés. Je ressens la chaleur virile de ta main sur la mienne. Mais arrête de pleurer, je n'ai pas mal. Tout va bien se passer. Tu as toujours était là pour moi depuis la première minutes où tu m'as vu. Je n'y croyais pas, mais il a bien fallu que je me rende à l'évidence : le coup de foudre existait. La flèche de cupidon m'avait touché en plein cœur ce jour là... Tu t'en souviens ?

    Tu étais venu avec ton père. J'étais très intimidé : c'était la première fois que je voyais le patron de papa qui était aussi le plus redouté des chefs de gangs de la ville. Et toi, à ses côtés, tu en imposais tellement ! Peut être même plus que lui. Tu te souviens comment tout à commencer ? Comment ils avaient arrangé ton mariage avec ma sœur ? Comme tu m'as fait l'amour ce soir là à l’abri des regards dans ma chambre ? Je venais tout juste d'avoir 12 ans, tu en avais déjà 15. Tu m'avais pénétrer avec force comme à ton habitude. Et puis tu avais recommencé tous les autres jours jusqu'à tomber éperdument amoureux de moi. Tu t'en souviens ? Moi oui alors ne pleure pas Coby, je t'aime. Nous avons passé tout notre temps ensemble sans nous soucier de ton père. Tu te souviens de toutes les promesses que l'on s'est faites ? Moi oui... Tu m'avais promis d’être toujours là pour me protéger, de vivre à mes côtés toute la vie, de m'aimer sans conditions, de... Mais oui tu t'en souviens....

     

    -Je t'en supplie Tim, ouvre les yeux ! Reviens et je te promets d’accepter ton amour pour un autre... même pour Steve ! J'ai besoin de toi ! Sans toi je suis perdu... Sans toi je vais retomber sous l'influence de mon père, sans toi... Tu m'as sauvé Timmy… J'étais condamné à prendre la relève de mon père et à me marier avec une femme que je n'aimais pas. Je voulais juste m'amuser avec toi et peut être te torturer un peu... Mais ton innocence, ta sincérité et ta générosité ont eu raison de ma violence. Tu as fait de moi l'homme que je suis maintenant...

     

    Je t'entends Coby, je t'entends très bien même si pour toi ce n'est pas le cas... Tu es fort, tu vas t'en sortir. Je serai toujours à tes côtés alors attends-moi, j'arrive... Mes yeux sont si lourd... Je vais me reposer encore un peu Coby alors sois patient.

     

    -Corbin, vas te reposer. Je vais veiller sur lui maintenant.

    -Steve, ne le laisse pas baisser les bras. Je le connais il...

    -Je sais, je l'aime autant que toi. Je ne vais pas le laisser tomber.

     

    ***

    Point de vue du narrateur

     

    Corbin regarde son rival. Il est plutôt beau gosse et semble parfait… Il comprend alors les raisons qui ont poussées Tim à en tomber amoureux. Il les a déjà comprises il y a un moment, mais ne voulait pas l’admettre. Il le sait, Steve est le plus apte de tous à prendre soin de l’homme qu’il aime...

    Corbin ne va pas très loin. Il s'allonge sur un banc dans la cour de l'hôpital. Steve quant a lui, s'installe sur le lit, contre Tim, toujours dans le coma depuis une semaine maintenant.

     

    -Le docteur a dit que tu nous entendais et que tu en avais besoin pour retrouver ton chemin. Alors suis ma voix pour me revenir. Avant toi je me fourvoyais en couchant et sortant avec une fille superficielle aussi belle à l’extérieur que laide à l’intérieur. Je pensais qu’un garçon jaloux et violent pouvait être mon meilleur ami. Mais je n’ai jamais été réellement satisfait, il me manquait toujours quelque chose. J'étais incapable de savoir quoi. Et puis, ce jour-là, je t'ai vu à la bibliothèque. Tu travaillais. Tu étais si concentré par ton livre. J'ai tout de suite ressenti le besoin de venir à toi. Je ne savais pas comment m'y prendre mais tu as su effacer tous mes doutes. Je n'ai pas encore trouvé mon chemin, j'ai encore besoin de toi pour ça...

     

    ***

    Point de vue de Tim

     

    Oh Steve ton corps est si chaud. Le mien est de plus en plus froid. J'ai de plus en plus froid... Cela me fait tant de bien de te sentir à mes côtés. Tu es mon phare Steve. Tu es un être exceptionnel et je suis fier d'avoir été l’objet de ton attention... Tu as trouve ce qui te manquait il te reste plus qu'à ouvrir les yeux. Tu te souviens de tout ce que nous avons vécu cette année ? C'était si intense. Nos soirées jeux vidéo, nos échanges houleux, nos prises de tête… Et surtout cette fameuse fois où je me suis entièrement donné à toi pour ta première fois. Je t’ai senti si hésitant mais en même temps si tendre… Je chéris ces moments avec toi. Je compte sur toi pour aider Coby. Il joue le dur mais il a un vrai cœur d’artichaut. Prends soin de lui le temps que je revienne. J'ai juste besoin de me réchauffer. Avec toi à mes côtés je sens que tout est possible.

     

    ***

    Point de vue du narrateur

     

    Corbin a bien dormi. Cela fait déjà deux heures qu'il se repose. Il doit maintenant retourner auprès de Tim. Alors qu'il pénétré dans la chambre, il voit Steve enlacer Thomas. Tous les deux semblent dormir paisiblement. Il se met de l'autre côté et serre la main de Tim.

    Un long bruit se fait entendre. Les infirmières et les médecins s’affairent dans la chambre. Steve et Corbin ne comprennent pas pourquoi on les pousse hors de la chambre. Pourquoi ils déshabillent Thomas ? Ils entendent des cris  puis soudain le silence. Le docteur s’avance vers eux.

     

    -Son cœur s’est arrêté mais nous avons réussi à le faire repartir. Il reste cependant dans un état comateux et ne parvient plus à respirer seul. Nous sommes obligés de l’intuber et de le nourrir par intraveineuse. Il ne se réveillera peut-être jamais. Ses jours sont comptés, il ne va pas tenir très longtemps alors faites lui vos adieux avant que vous n’en ayez plus la possibilité.

     

    Le cœur des deux garçons semble aussi s’arrêter alors qu’ils regardent l’amour de leur vie se battre pour sa vie. Tous ces fils et le bruit assourdissant des machines qui l’aident à rester en vie les traumatisent plus qu’ils ne le pensaient. Rien ne semble pouvoir les consoler et ils s’effondrent tout à coup en hurlant leur douleur.

    Ils restent bien une heure à pleurer. Leur animosité semble avoir disparue, mais comme on dit, il suffit d’un point en commun pour rapprocher des ennemis. Et dans ce cas là, le leur est aux pieds de la mort. Steve se relève soudain. Il ressent le besoin irrésistible de se lâcher, d’évacuer toute sa colère et sa tristesse. Il demande alors à Corbin de se lever et de le suivre. Ce dernier, dans un état second, accepte sans sourciller, laissant Tim entre les mains des médecins.

     

    ***

    Point de vue de Corbin

     

    Je ne sais pas où m’entraine Steve et je m’en fous complet. L’essentiel c’est que je n’entende plus ses machines qui me font stresser à chaque bip un peu plus aigu. L’air frais du matin né réussi pas à me faire retrouver mes esprits, mais à au moins le mérite de me faire reprendre des couleurs. Steve marche toujours devant moi, le regard brumeux, sans un mot. Je me contente de le suivre trop bouleversé pour protester ou demander quoique ce soit. Je finis par apercevoir l’école. Il me fait entrer sans problème et nous nous dirigeons à l’arrière, là où je l’avais défié quelques jours plus tôt. Les mêmes personnes sont encore là, dont ce petit minet qui me plaisait tant.

     

    -Steve, je suis désolé, dit Jacob en s’avançant vers nous.

    -Toi, tu n’y es pour rien, marmonne Steve. Mais ceux qui ont fait ça, vont me le payer…

     

    C’est vrai que nous n’avons pas parlé de cette fameuse nuit. J’ai aperçu deux silhouettes s’enfuir en courant. Je n’ai pas vu grand-chose à part des longs cheveux blonds… Steve en saurait-il plus ? Si oui, ma vengeance pour vraiment avoir lieu ?

     

    -Tonton, nous allons nous battre. Thomas n’est pas là ?

    -Il est en cours… Tu ferais peut-être mieux d’y aller toi aussi et de ne te battre que quand tu seras reposé.

    -Non, c’est maintenant que je veux me battre. Laisse Corbin se battre contre Ash et bats-toi contre moi.

     

    Steve a l’air bien décidé à se défouler. Il n’a peut-être pas tord après tout. Cela ne pourra que me faire du bien. Evacuer ma colère et ma peine en tapant sur quelque chose… Sur cette petite chose en l’occurrence… J’espère ne pas le blesser…

    Ash ne fait pas le difficile et accepte le combat. On se prépare alors et je commence par retenir mes coups. Mais le petit semble vraiment très doué et les évite à la perfection. Le coup qu’il m’envoie dans l’abdomen me fait reculer de plusieurs pas et le souffle me manque. Putain mais c’est qu’il est doué cette furie. Il a au moins le mérite de me faire penser à autre chose et je dois avouer qu’il est bien agréable à regarder aussi.

    Après deux heures de combat acharné, nous nous laissons tomber sur le sol, épuisé. J’ai fini par tout donner, mais il a toujours eu le dessus sur moi. Steve n’avait pas tord, Jacob est vraiment un combattant et un prof hors pair. J’ai des choses à apprendre avec eux. Je tourne la tête vers la furie qui me regarde en coin. Je craque pour lui et mu par un désir soudain, je colle mes lèvres aux siennes. Je le sens surpris au début, mais il se laisse faire et approfondie même le baiser au-delà des lèvres. Sa langue chatouille la mienne m’appelant à aller plus loin. Je suis dans un état second où j’ai besoin de plus. Mais ai-je vraiment envie d’entrainer un troisième innocent dans mon monde d meurtres et trahisons ? A cette pensée, je repousse Ash et pars sans un mot…

     


  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :