• Chapitre 23 : Hésitations

     Chapitre 23 : Hésitations

    Encore beaucoup trop faible pour retourner à l’école, je reste chez moi, avec Corbin pour me tenir compagnie. Il ne me lâche plus et j’ai l’impression d’être revenu des années en arrière quand notre amour était à son maximum. Je souffle à ce souvenir réveillant aussitôt la curiosité de Corbin.

     

    -Qu’est-ce qui ne va pas petit Timmy ?

    -Pourquoi es-tu ici ? Je lui demande tout en repoussant son visage qui s'approche un peu trop du mien.

    -Si je te réponds, j'aurais quoi en échange ?

     

    Je soupire une nouvelle fois. Je sais ce qu’il attend et je le connais assez pour savoir que si je ne lui donne rien en retour je n’aurai rien. Je le regarde alors avec résignation.

     

    -Tout ce que tu veux...

     

    Il se redresse tout à coup et s’assoit à côté de moi prêt à répondre à presque toutes mes questions… Enfin jusqu’à ce qu’il se lasse. Il me regarde avec son petit sourire en coin. Je me rends alors compte que tous les sentiments que j’avais pour lui sont toujours bien présents…

     

    -Ta sœur me l'a demandé.

    -Pourquoi ? Tout à coup ? Comme ça ?

    -Le directeur de ton université l’a contacté. Je ne connais pas tous les détails mais Orihime a décidé qu'il était temps pour moi de renouer avec mon passé.

    -Et tu as accepté ? Sans rien demander en retour ?

    -J’avais enfin une excuse pour te voir… Je n'allais pas laisser passer une occasion pareille.

     

    Il me caresse doucement le visage avant de me serrer dans ses bras.

     

    -Je t'aime depuis le premier jour. Je n'ai jamais cessé de t'aimer...

     

    Il est vrai que notre histoire fut très intense et notre amour très fort mais cela ne l'avait pas empêché de me quitter pour se marier avec ma sœur...

     

    -A ce sujet, tu peux m'expliquer ce qui est arrivé à ton si beau visage ?

     

    On y est, je ne peux plus lui échapper. Quand il va savoir ce qui est arrivé il va devenir fou… Mais je n’ai pas d’autres choix, il va bien falloir le lui dire…

     

    -Et ne cherche pas à me mentir ou à me cacher une partie des faits. Je finirais par savoir la vérité et ma colère sera alors sans limite.

    -Oui, je le sais. Ne t’en fais pas, je vais te dire toute la vérité, mais il faut que tu me promettes de ne rien faire

    -Tu me connais assez pour savoir que je ne fais jamais ce genre de promesse...

     

    Je me blottis contre lui et dépose mes lèvres sur les siennes. Surpris au départ, il s'empare alors de la danse de nos langues. Je le laisse jouer comme il le veut avec et quand il en a assez, je commence mon récit. Tout y passe… Ce qui s'est passé ces derniers mois, mon amour pour Steve, les menaces de Géraldine, ce que Pierre m'a fait et même le rôle que David a joué dans tous ça. Comme je l'avais prévu, Corbin entre dans une colère folle.

     

    -Je vais les tuer tu sais... Mais avant je vais les torturer jusqu'à ce qu'ils me supplient de les tuer. Je commencerai par Géraldine... Je lui arracherais les....

    -Arrêtes ! Je hurle en me levant. Je...

     

    Corbin ne semble pas apprécier que je me lève sans son autorisation. Il attrape le poignet et me tire à lui. Je me retrouve projeté sur le canapé lui allongé sur moi me bloquant toute tentative de fuite.

     

    -Je vais les mutiler un par un et enverrais leurs membres découpés à leur famille, morceaux par morceaux. Je...

    -Coby arrête... Ne deviens pas ton père je t'en supplie... Tu... Tu me fais peur...

     

    Je ne parviens pas à retenir mes larmes de couler. Je savais pourtant qu’il allait réagir aussi violement, mais j’espérais qu’il aurait changé… Mais après tout, il n'est pas le fils du plus cruel des chefs de gangs pour rien. Son père est connu pour ses actes de violences et de cruauté envers toutes les personnes, homme ou femme, cela ne fait aucune différence quand il faut tuer.

     

    -Tu sais bien que je n'aurais pas de repos avant que ces monstres ne t'aient payés leur dette avec leur vie ? Tu dis que tu te sens en sécurité avec Steve ? Mais c'est à cause de lui que tout ça t'arrive... Il paiera lui aussi, il...

     

    Je ne peux pas le laisser menacer ainsi l'homme que j'aime… Tout comme je sais aussi que si Corbin a pris une décision il n’aura pas de repos tant que la sanction ne sera pas tombée. Je dois tout faire pour qu’il change d’avis quitte à donner de ma personne pour cela.

     

    -Non, ne le touche pas, je t'en prie. Laisse les tranquille et je te promets que je serai à toi, entièrement à toi, comme avant...

     

    Il me toise de son regard perçant. Pour lui, c'est la meilleure façon de me protéger et il ne peut pas refuser. Je suis le seul qui puisse lui tenir tête sans craindre de perdre la mienne. Lucas aussi y parviens depuis peu… Je pourrais toujours lui demander de l’aide. Corbin a le charisme d'un leader et la cruauté de son père, mais depuis que je l'ai rencontré, la première fois, il avait mis tout ça de côté pour refuser l'héritage de son père.

     

    -Bien petit Timmy, si tu es à moi, prouve-le.

     

    Il a cette soif insatiable de me faire l'amour… Rien n'a changé à part l’apparition de ma maladie qui est une donnée non négligeable. Il a été ma première fois, ma meilleure fois... Je me donne entièrement à lui, à même le sol froid du salon. Je me laisse pénétrer avec délectation. Ces vas et vient se font de plus en plus puissants et rapides, à la limite de la brutalité. Je ne peux retenir un cri de satisfaction quand je le sens jouir en moi. Il me retient contre lui jusqu'à ce que mon cœur arrête de s'emballer me rassurant par des caresses et des baisers dans le cou. Après toutes ces années mon amour pour lui est encore si intense...

     

    ***

     

    Une semaine est passée. J’ai pu me reposer aux côtés de Corbin qui a vraiment pris soin de moi. Je n’ai eu aucune nouvelle, ni de Steve, ni de personne d’ailleurs. Je soupçonne Corbin d’avoir joué le rôle de filtre pour ne pas que je me fatigue… Je m’apprête à partir en cours quand Corbin vient me voir, l’air grave.

     

    -Que se passe-t-il Corbin ?

    -Mon père... Mon père a appris mon retour à Willow Creek et veut me voir d'urgence.

     

    Si son père a appris son retour il sait forcément qu'il vit avec moi... Il avait juré de nous tuer tous les deux si jamais on se revoyait... J’attrape la main de Corbin, tremblant de toutes mes forces.

     

    -N'y va pas, je t'en supplie... Il va te...

     

    Il comprend ma peur et me serre contre lui. Il a cette aura apaisante mais qui, cette fois, ne parvient pas à me calmer.

     

    -Tim, pense à ton cœur. Si tu continue ainsi, il va lâcher.

    -Mais ton père, il...

    -Non, ne te fais pas de soucis. S'il avait voulu le faire, il s'en serait d'abord pris à toi pour que je te vois mourir sous mes yeux puis il m'aurait tortu...

    -Arrêtes ! Je n'ai pas besoin que tu me décrives ces atrocités.

    -Bon je vais devoir te laisser seul aujourd'hui. Ne fais rien qui puisse me faire du souci…

     

    Je le laisse me déposer un baiser furtif sur mes lèvres avant de s’éclipser en courant. Je passe un moment à regarder sa silhouette et lorsqu'elle disparait, je prends le chemin de l’université.

     

    ***

    Point de vue de Steve

     

    Je ne sais pas trop où j’en suis… Je ressens cette attirance pour Tim depuis bien longtemps déjà… Mais je n’arrive pas à me faire à cette idée… Toute ma vie je n’ai connu que Géraldine… Je ne l’ai jamais vraiment trompé ne ressentant du désir que pour elle… Mais depuis quelques mois, Tim me rend dingue. Je ne fais que penser à lui. Et un mec débarque, l’embrasse sans honte… Tim se laisse faire et cela me rend encore plus fou. Je déteste ressentir ce que je ressens et pour réussir à passer le cap je dois aller lui parler.

    J’arrive devant sa maison alors qu’il est en train de s’en éloigner. Je me plante devant lui, le regardant avec insistance. Mes yeux balayent son corps tout entier. Lorsque mon regard s’arrête sur son visage, je le vois rougir et baisser immédiatement les yeux.

     

    -Steve, qu’est-ce que tu fais là ?

    -On doit parler, je réponds simplement

    -Mais… Et les cours ?

    -Ils peuvent attendre… Moi non, alors soit on parle ici, soit on va chez toi.

     

    J’ai peur, vraiment peur de ce que je vais surement ressentir. La vérité m’effraie mais je dois lutter contre mon envie de fuir. Il ne semble pas vouloir bouger, mais je ne peux vraiment pas tout déballer au milieu de la rue. Je lui prends la main et l’entraine vers la maison. Ce n’est qu’une fois assis dans son canapé que je commence à me détendre.

     

    -De quoi tu veux que l’on parle ?

     

    La voix de Tim ressemble plus à un murmure… Il est aussi inquiet que moi, je le sens, mais cette conversation doit avoir lieu. Mais par quoi commencer ? J’ignore ce que je dois dire et continue de le regarder sans bouger. Sûrement à cause du stress, Tim se lève et commence à s’éloigner. D’un coup la peur envahit mon esprit et mon corps bouge tout seul. Ma main attrape son poignet et le tire vers moi. Il se retrouve allongé sur moi dans le canapé.

    Mon envie de lui se réveille aussitôt. Des frissons de désirs s’emparent de mon corps tout entier. Mon sexe se dresse de lui-même et sa bouche appelle la mienne. Je ne sais pas comment, mais elles finissent par se coller l’une à l’autre. Je franchis sans mal la barrière de ses lèvres et tout en le serrant plus fort contre moi, j’entame la danse sensuelle des langues.

    Contre toute attente il se laisse faire et je sens son corps appeler le mien avec avidité. Je ne peux plus me retenir et, dans un état second de pure extase, je le déshabille entièrement. Son corps nu ne me fait pas peur, bien au contraire. Il m’appelle encore plus éveillant tous mes sens. J’hume son parfum m’en délectant sans barrière. Mes mains se promènent sans peur sur son corps frétillant. J’écoute sa respiration accélérée au fur et à mesure que mes mains se rapprochent de son sexe et son cœur battre à l’unisson avec le mien. Je regarde son visage rouge de honte alors que ma bouche goutte chaque parcelle de son corps nu.

    Je dépose de petits baisers dans son cou, puis, sans prévenir, je nous retourne. Je me trouve maintenant au-dessus de lui. Je bloque ses mains au-dessus de sa tête pouvant ainsi l’admirer tout mon soul. Alors que je me déleste de mes habits, il tourne la tête gêné par mon regard pénétrant et ma nudité soudaine.

     

    -Steve, je…

     

    Je pose ma bouche contre la sienne l’empêchant ainsi de rompre le charme. Ayant relâché mon emprise sur ses mains, il les place alors autour de moi enfouissant son visage dans mon cou. Je me délecte de son toucher réveillant encore plus mon envie de lui. J’attrape alors son sexe et commence à le masturber. Ses soupirs de satisfactions me font fondre. Il colle son corps au mien se cambrant davantage m’offrant ainsi son anus.

    Je reste un moment à le regarder ne sachant pas trop quoi en faire… Mais ce n’est pas la première fois que je vais entrer par ce côté. Je ferme les yeux tentant de faire abstraction de ma peur et je laisse mon corps agir seul. J’insère d’abord un doigt dans cette cavité étroite. Tim se redresse en poussant un gémissement de désir. Tout en continuant de l’embrasser passionnément, je me risque à y introduire un second doigt le faisant mouiller encore plus. Les petits bruits sortant de sa bouche me font un effet explosif alors, après avoir joué un peu avec mes doigts, j’y introduis mon sexe remplit de désir. Je ne veux pas aller trop vite et surtout j’aimerais qu’il ait autant de plaisir que moi. Je fixe mon regard dans le sien et la petite lueur qui apparait me conforte dans mon envie de continuer. Relevant un peu ses jambes, je commence à le pénétrer encore et encore. Ce moment de pure extase ne prend fin que lorsque je me déverse en lui recevant son sperme dans ma main toujours accroché à son sexe. Je me laisse alors retomber sur lui, transpirant mais heureux.

     

    -Steve, je vais prendre une douche…

     

    Je hoche la tête tentant toujours de retrouver mon calme. J’ai vécu ce moment comme un rêve duquel je ne me suis toujours pas réveillé. J’écoute l’eau de la salle de bain couler et j’imagine Tim, nu… Soudain, je reprends mes esprits et prends peur. Mais qu’est-ce que j’ai fait ? Je ne suis pas gay… Non c’est impossible… J’aime les filles, leurs courbes parfaitement dessinées. Leurs seins se tendre sous mes mains… Comment puis-je leur préférer un pénis ? Pris de peur je me rhabille en vitesse. Tim arrive à ce moment et me serre contre lui se collant à mon dos. Je n’ose plus bouger, envahit par des sentiments contradictoires.

     

    -Steve, tu vas quelque part ?

     

    C’est trop difficile… J’ai tellement honte… Honte de cette envie de lui qui s’empare de moi… Honte de ce que je viens de faire. Je le repousse sèchement et sans le regarder j’ouvre la porte d’entrée, prêt à partir.

     

    -Je n’aurai jamais du aller si loin… Je ne suis pas gay comme toi… J’aime les femmes moi…

     

    Et je pars sans me retourner, le cœur déchiré…

     

    ***

     

    Je vais directement à l’internat. J’ai cours et bien que ma tête soit ailleurs, je ne peux pas me permettre de sécher trop longtemps. Je fais d’abord un tour par l’internat histoire de prendre une douche et me laver de toute la honte d’avoir couché avec un mec… Je reste un moment sous la douche laissant l’eau couler et me laver de tous les restes de mon moment d’égarement. Enfin habillé, je prends la direction de ma salle de classe, mais ce n’est pas là que je me retrouve, mais devant la chambre de Géraldine…

    Je soupire en regardant la clé de sa chambre que j’ai toujours avant de me décide à y pénétrer. Rien à changé. Elle est toujours aussi superficielle… Mais j’ai l’impression que je ne suis pas là par hasard. J’en ai besoin. Je m’allonge dans son lit attendant son retour.

     

    -Steve ! Ho Steve, réveilles-toi !

     

    J’ouvre les yeux et découvre une Géraldine boudeuse. Les deux mains sur les hanches elle me regarde avec colère. J’ignore si je suis ici depuis longtemps, mais je ne m’en préoccupe pas plus que ça. Je me redresse la regardant avec envie. Après tout, c’est pour elle que j’ai toujours eu le plus de désir… Si je dois vraiment comprendre ce qui m’arrive c’est elle qui me donnera la solution.

     

    -Ne me regarde pas comme ça, ordonne-t-elle. Tu fais quoi là dans mon lit ?

    -Je t’attendais.

    -Tu as rompu avec moi déclarant ne plus rien avoir à faire de moi et te voilà, la bouche en cœur…

    -Je suis désolé d’avoir été aussi brutal… Je…

    -Je me fiche de savoir pourquoi ! Dis-moi ce que tu me veux.

    -Tu ne le sais vraiment pas ?

    -Je n’ai pas envie de jouer aux devinettes, alors soit tu te décides à me…

     

    Je ne la laisse pas finir. Je ne veux pas qu’elle parte dans ses délires plus fous les uns que les autres. Je me lève et l’embrasse. Surprise, elle tente de me repousser mais lorsque ma langue entre dans sa bouche, elle change d’avis et se colle à moi. Plus entreprenante que Tim, elle a vite fait de me déshabiller. Je fais de même avec ses habits. Le corps qu’elle m’offre n’a vraiment rien à voir avec celui de Tim. Je me régale de ses seins dont je fais durcir les tétons en les mordillant. Je l’allonge sur le lit tout en la pénétrant de ma main… La même qui tenait son sexe il y a quelques heures à peine… La respiration de Géraldine se fait plus haletante et son corps épouse parfaitement le mien.

     

    -Je te veux Steve, maintenant, me murmure-t-elle dans le creux de l’oreille.

     

    Je souris et d’un coup je la retourne me trouvant face à son dos. Je n’ai plus qu’une obsession, la pénétrer par derrière. Je ne veux plus voir ses atouts féminins qui me mettent mal à l’aise. Sans préparation, je la pénètre durement la faisant crier. Malgré la douleur, elle se colle encore plus à moi me réclamant encore et encore. Je lui donne ce qu’elle veut mais mon esprit est ailleurs. Des visions de mes ébats avec Tim me reviennent alors que je me vide en Géraldine.

    Comme à son habitude, elle en redemande en s’installant sur le dos et en écartant les jambes. Je la regarde sans faire un mouvement. Non, je ne peux plus lui faire l’amour… Je n’y arriverai pas. Je me rhabille faisant naitre la colère chez elle.

     

    -Tu fais quoi là ?

    -Je pars.

    -Ha non pas question ! Tu as tiré ton coup et maintenant tu te barre ?

    -Ecoute Géraldine, je suis désolé, je n’aurai pas dû me servir de toi. Mais ma décision de rompre avec toi est toujours d’actualité. Je n’ai aucune envie de me remettre avec toi. J’avais juste besoin de ton corps…

     

    La claque qui s’abat sur mon visage n’est pas volée. Je mériterai sans fois pire que ça et j’accepterai ma punition sans rechigner. Devant mon manque de réaction, elle se recule, les yeux injectés de rage.

     

    -Tu me le paieras Steve ! Je me vengerai, sois en certain !

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Mai 2019 à 10:18

    On dirait bien qu'à force de jouer Géraldine l'a perdu...

    Allé, direction la fête !

    2
    stephy
    Mardi 28 Avril à 17:50

    la colère de Geraldine va être  terrible  hâte de savoir la suite 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :