• Chapitre 21 : La vérité

    Chapitre 21 : La vérité

    Il est temps pour moi de reprendre le chemin de l’école. Je suis resté bien assez à la maison et mon retard s’amoncelle de jours en jours. A ma grande surprise, ni Orihime ni Corbin n’ont insisté pour vivre avec moi. J’en suis plutôt soulagé. Pour ne pas prendre de risque, je pars assez tôt pour ne croiser personne. Je prends place derrière mon bureau attendant le début du cours quand Steve se plante devant moi. Je lève les yeux sur lui et aperçois aussi Pierre juste à côté.

     

    -Tu es revenu ? S’étonne Steve. Où étais-tu ces derniers jours ?

     

    Sa voix est calme voire même douce. Je n'y discerne aucune menace. Je me sens tellement apaisé et me surprends à avoir envie qu’il me prenne dans ses bras...

     

    -Tu n'es pas venu au rendez-vous... On peut se voir maintenant ?

    -On a cours, interrompt Pierre. Steve, tu...

    -Pierre, je suis assez grand pour savoir quand et si je peux quitter un cours. 

     

    Je lève les yeux sur Pierre qui me lance aussitôt un regard noir qui semble me mettre en garde quant à ce que je dirai à Steve. Mais ce dernier ne me laisse pas le temps de réfléchir.

     

    -Viens s'il te plaît. Il faut qu'on parle.

     

    Son regard n'accepte aucun refus et il reste planté là à attendre. Je n'ose même plus regarder Pierre. Je finis par me mettre debout pour suivre Steve. Je me sens tellement en sécurité avec lui... Sans un mot je le regarde marcher. Il regarde droit devant lui, sûr de lui. Il ne m’a jamais paru plus beau qu’en cet instant. Une fois sur le terrain de basket de l’université, il s’arrête.

     

    -Tu veux jouer avec moi ?

    -Euh... Non merci, je préfère rester assis.

     

    Steve ne dit plus rien pendant un moment. Il se contente de lancer des paniers et même si je dois bien avouer qu’il mérite son titre de jeune prodige, je me demande ce que je fais ici. C'est vraiment un homme parfait qui sait tout faire. Pourquoi faut-il qu'il soit hétéro ?

     

    -Qu'est-ce qui t'est arrivé ?

    -Comment ça ?

    -Tu as le visage tout meurtri…

    -Oh rien d'important. Juste une divergence d'opinion avec un autre garçon.

    -Est-ce que c'est à cause de ça ?

     

    Je le regarde sans vraiment comprendre ce qu’il veut dire. Il soupire tout en prenant place à mes côtés.

     

    -A cause de quoi ?

    -Tu sais bien... De tes penchants sexuels...

    -Je ne sais pas vraiment... Ça n'a jamais été un secret pour personne...

    -Pourtant je ne le savais pas...

    -Je n'ai jamais voulu te le cacher... Tout s'est passé tellement vite que je n'ai pas trouvé ni l'occasion, ni le contexte pour te le dire.

    -J'ai été surpris que tout le monde soit au courant sauf moi. J’aurai m’en douter en même temps… Tu te souviens de cette colonie de vacances à laquelle nous étions tous les deux ?

    -Oui, tu sortais déjà avec Géraldine…

    -Et toi avec Corbin… Je ne m’en souvenais pas mais Adam me l’a rappelé. Je n’aurai jamais du te faire les reproches que je t’ai fait…

     

    Je reste étonné par ses confessions. Je ne m’attendais pas à ça. Si j’avais su, je l’aurai écouté bien avant. Il se met un peu plus à l’aise regardant le ciel. Je me sens bien avec lui et je parviens enfin à avoir des pensées positives.

     

    -Je suis désolé d'avoir réagit comme je l'ai fait... Je ne sais pas pourquoi ça m'a autant énervé. Mais nous sommes amis après tout, non ?

     

    Je ne sais pas quoi répondre. Que veut-il entendre exactement ? Me considère-t-il vraiment comme un ami ? Mais alors pourquoi avoir agi ainsi avec moi ? Mais après tout, si on est ami, je ne devrais pas avoir peur de lui parler.

     

    -Je ne sais pas si on peut dire que nous sommes vraiment ami...

    -Pourquoi remets-tu en question notre amitié ?

    -Je me suis mal exprimé, je m'excuse. Nous n'avons pas la même notion du mot amitié.

    -Explique-toi.

    -Tu débarques chez moi à n’importe quelle heure, tu me vire de mon lit pour y coucher avec tes conquêtes, tu me réclames les clés de chez moi, tu y organises des fêtes surprises, tu...

     

    Steve se mit à rire ce qui ne me plait pas beaucoup. Je me sens vexé et ne me prive pas de le lui faire remarquer.

     

    -Je suis désolé aussi pour ça, mais je ne savais pas comment m'y prendre pour rester avec toi. Nous sommes dans la même classe depuis si longtemps ! Et je n'ai jamais pris la peine de te connaître. Je ne sais rien de toi alors je voulais te connaître un peu plus. Rentrer dans ta vie. Mais j'avoue que je m'y suis mal pris...

     

    Le voir rire et sourire me rend heureux. Je me détends et ris avec lui.

     

    -Tu ressemblais à un harceleur oui...

    -Là tu exagère un peu... Vraiment ?

     

    On éclate de rire. Enfin nous nous comprenons et je réalise qu'il a aussi des défauts ce qui le rend encore plus attrayant.

     

    -On oublie tout et on recommence à zéro ?

    -Oui si tu veux... Je murmure.

    -Tu sais, si quelqu'un te fait du mal, tu peux m'en parler. On est ami et je ne laisserai personne s'en prendre à toi...

     

    Je suis vraiment soulagé qu'il ne soit pas en colère contre moi. Mais comment lui dire que son meilleur ami m'a violé et battu avant de me laisser en sang sur le sol en pleine nuit ? Non, vraiment, je ne peux rien lui dire.

     

    -Ne t'en fais pas, il n'y a rien que je ne puisse gérer. C'est David qui t'a fait ça ?

    -David ? Non pourquoi tu dis ça ?

    -Je le connais… Ce n’est pas quelqu’un de bien… Je ne l'aime pas.

    -Pourquoi tu dis ça ?

    -Fais juste attention à toi, ok ?

     

    Nous passons toute la journée rien que tous les deux. Nous parlons beaucoup de nos vies. Je lui parle de la mort de mes parents, de l’absence de ma sœur, de la maladie d'Aya et de ma faible constitution. Ma vie n'a plus aucun secret pour lui sauf cette part de mon cœur qui bat pour lui. Je ne suis pas encore prêt à lui déclarer ma flamme. Si je peux être son ami, c'est le plus important. Il me demande l'autorisation de venir me voir de temps en temps. J'accepte avec plaisir.

     

    ***

     

    Steve tient parole. Il vient souvent passer ses soirées avec moi, sauf quand il a des obligations qui l’en empêche. Nos soirées se ressemblent toutes : on discute et on joue aux jeux vidéos. Je n’ai pas donné de nouvelles à David et je culpabilise un peu pour ça. Je ne veux pas qu’il s’en veuille pour ce qui s’est passé. Il n’en est pas responsable. Mon viol me semble si lointain et la présence de Steve, chaque soir me rassure. Je reprends, petit à petit confiance en moi. Mais j’ai peur. Peur de ce sentiment qui grandit en moi. Je tombe plus amoureux de lui chaque jour alors que lui ne ressent toujours rien pour moi. Je ne peux pas continuer à souffrir ainsi. Je dois absolument m’éloigner de lui. Ce n’est pas quelqu’un que je veux garder en ami… Je commence donc à m’éloigner, petit à petit de lui…

    Ce soir, est une soirée que je passe seul. Steve a une séance de shooting pour son agence et ne peut pas se défiler. Je décide de regarder un film lorsque quelqu’un sonne à la porte. Je cours ouvrir pensant que c’est Steve mais je suis immédiatement projeté contre le mur.

     

    -Je t'avais prévenu que si tu ne le laissais pas tranquille tu allais le payer...

     

    ***

    Point de vue de Steve

     

    Je pensais que les choses étaient réglées entre Tim et moi. Nous avions retrouvé nos habitudes et je passais toutes mes soirées avec lui. Quand tout à coup il se met à m’éviter sans explications. Je me demande bien ce que j’ai pu faire de mal pour qu’il me repousse ainsi.

    Pourquoi cela me dérange à ce point ? Avant il m’était complètement indifférent mais maintenant je n’arrête pas de penser à lui. Sa présence me manque cruellement. Je deviens fou et je n’aime pas ça… J'ai essayé de l'oublier mais toujours mes pensées retournées vers lui…

    Aujourd'hui, alors que j'arrive seul, je vois Thomas marcher seul en direction de la cantine. Il s'engouffre dans la salle. Sans réfléchir, je le suis et m'assois face à lui.

     

    -Je croyais que c'était réglé ?

    -De quoi tu parles ?

    -Je pensais avoir mis les choses aux clairs et que nous étions de nouveaux amis.

    -Oui bien sûr, mais là je n'ai pas le temps de...

    -Arrêtes de mentir. Tu viens d'arriver.

    -Oui mais il faut que je reparte...

     

    Sans attendre davantage, il se lève et court à toute vitesse soulevant aux passages les remontrances de la bibliothécaire. Je reste là, seul, pensif et déçu. Je décide alors de rendre visite à Aya : S'il y a quelqu'un qui peut m'aider à le comprendre c'est sa meilleure amie !

     

    ***

     

    -Steve, que fais-tu chez moi ?

    -J'aimerais te parler de Tim si c'est possible.

     

    Elle ouvre un peu plus la porte et regarde tout autour l'air inquiet.

     

    -Il n'est pas avec toi ?

    -Mais de qui tu parles ?

    -Du connard qui te sert de meilleur ami.

    -Pierre ? Non mais je suis curieux de savoir pourquoi tu as une si piètre opinion de lui.

     

    Aya attrape ma main et me tire rapidement à l'intérieur avant de refermer la porte à double tour. Elle va ensuite s'asseoir sur le canapé me dévisageant avec méfiance.

     

    -Tu peux te détendre, tu sais. Je suis là en ami.

     

    Elle n'a pas l'air ravie de ma présence. Pourtant, je ne lui ai rien fait... Je ne la connais même pas !

     

    -Tu l'as connu comment Thomas 

    -On s'est connu à l'hôpital. Lui et moi avons la même maladie, mais la mienne est à un stade plus avancée.

    -Il est malade ? Je l'ignorais...

     

    Et c'était vrai... Il m’avait un peu parlé de sa faible constitution mais je ne savais pas qu’il était aussi malade… Je demande à Aya de me donner plus d’explications.

     

    -Oui, nous ne pouvons pas faire d'effort au risque de voir notre cœur lâcher. La moindre goutte de sang perdu peut aussi nous être fatale. A mon stade, je ne peux plus sortir de chez moi sans prendre d’énormes précautions. Je ne peux pas rester longtemps debout ou me concentrer assez longtemps. Je n'en ai plus pour longtemps à vivre...

     

    Je suis sous le choc de ses révélations. Jamais je n'aurais pensé qu'une telle maladie puisse exister et surtout que Tim puisse l'avoir. Rien qu'à l'idée de le perdre, je sens mon cœur s'arrêter de battre...

     

    -Et Tim, il en est où ?

    -Il en est au début. Mais cela devient de plus en plus difficile pour lui surtout après ce qui lui est arrivé...

    -Comment ça ? Que lui est-il arrivé ?

    -Pour quelqu'un qui dit vouloir devenir son ami, je trouve que tu n'en connais pas beaucoup sur lui...

     

    Elle a raison, je ne peux pas le nier. Je n’ai rien fait pour prendre de ses nouvelles. Je suis blessé de m’en rendre compte. Mais en même temps, comment faire pour connaître quelqu’un qui passe sont temps à t’éviter ?

     

    -C'est en lien avec les hématomes qu'il a eu sur le visage ?

    -Pas seulement sur le visage mais sur tout le corps...

    -Tu sais ce qui lui est arrivé ?

     

    Elle hoche les épaules dans un signe d'assentiment mais n'a pas l'air de vouloir m'en dire plus. Je me dois d'insister.

     

    -Pourquoi personne ne veut me dire ce qui se passe ?

    -Tu ne t'en doutes même pas un peu ?

    -Mais non sinon je ferais tout pour l'aider !

     

    Je suis sincère, je veux vraiment l'aider. Je tiens beaucoup à lui mais j'ai du mal à voir clair dans mes sentiments.

     

    -Je t'en prie, parles-moi !

    -Très bien, mais Tim va me tuer lorsqu’il va savoir que je t'en ai parlé et Pierre aussi...

    -Qu'est-ce que Pierre vient faire là-dedans ?

     

    Cela commence vraiment à faire beaucoup. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde continue à mettre Pierre au milieu de mon histoire avec Tim. J’ai encore cette impression d’être le dindon de la farce, que tout le monde sait quelque chose que j’ignore mais que personne ne veut me tenir informé. Mais cette fois je refuse de passer pour l’idiot de l’histoire. Je fixe mon attention sur Aya attendant sa réponse.

     

    -Pierre ne le saura pas, mais il va falloir tout me dire.

     

    Aya réfléchit un moment tout en dévisageant. Son regard me met vraiment très mal à l’aise mais je ne détourne pas la tête. Je vais finir par connaitre le fin mot de l’histoire

     

    -Pourquoi il m'évite tout le temps ? Pourquoi ne veut-il pas venir me voir ? Pourquoi n'est-il pas venu à mon rendez vous ? Je commence perdant peu à peu patience.

    -Écoute, il y a des questions auxquelles seul Thomas peut répondre. Mais tu peux me croire quand je te dis qu'il avait l'intention de te rejoindre à ton rendez-vous. Seulement...

    -Seulement quoi ?

    -Seulement quelqu'un l'en a empêché et lui a fait subir les pires atrocités...

     

    Je ne comprends pas ce qu'elle est entrain de me dire. Ses mots coulent sur moi sans que je parvienne à vraiment en saisir le sens. Elle me parle de Pierre, de viol, de passage à tabac... Tout se mélange dans ma tête et j’avoue avoir beaucoup de mal à mettre de l'ordre dans tout ça.

     

    -Pourquoi Pierre aurait fait une chose pareille ?

     

    Soudain les choses s’assemblent dans mon esprit. Pierre est responsable du comportement distant et craintif de Tim… Mais pourquoi suis-je autant en colère ? Pourquoi ai-je envie de hurler et de courir prendre Tim dans mes bras ? Je dois savoir… J'ai besoin de savoir pourquoi mon cœur bat aussi fort à chaque fois que je pense à lui...

     

    -Je ne fais que te rapporter des faits. Mais si tu veux en savoir plus, vas le voir et force le à te répondre. Tu ne m'as pas l'air d'être un gars méchant. Mais ne fais rien qui puisse le blesser...

     

    Elle a raison, il faut que j'en ai le cœur net. Je la remercie et pars en courant vers la maison de Tim. Je suis dans un état second et je n’arrive pas à penser à autre chose. Seul Tim occupe mes pensées. Par chance, j'ai encore la clé de chez lui. Il me l'avait donné quelques jours après que l'on ait décidé de tout recommencer à zéro. Cette fois, il n'aura pas le choix : il va devoir me donner toutes les réponses dont j'ai besoin.

    Arrivé devant chez lui, je ne prends même pas la peine de sonner. Je ne suis plus maitre de ms mouvement, et j'entre sans prévenir. Ma rage s’intensifie lorsque je vois Pierre coincer Tim contre le mur tout en le menaçant. Ne pouvant supporter plus longtemps cette vision, je plaque, à mon tour, Pierre contre le mur et le retiens de force.

     

    -Que crois-tu être en train de faire ?

    -Attends Steve, ce n'est pas...

    -Toi la ferme ! Je sais ce que tu lui as fait ! Je vais te démolir si tu restes plus longtemps...

    -Steve, tu...

    -Dégage et ne t'approche plus jamais de lui !

     

    Mon regard est emprunt de fureur. Je ne suis pas certain d’arriver à me contrôler si Pierre persiste à rester plus longtemps dans mon champ de vision. Pierre le comprends et s’empresse de prendre ses jambes à son cou. Je m'approche alors de Tim. A son regard, je vois que je lui fais peur. Pourtant, je serai bien incapable de lui faire le moindre mal... Je le plaque alors contre le mur.

     

    -Maintenant, tu vas tout me dire.

     

    Mon Dieu ses yeux... Il a un regard si doux et si perçant. J'ai l'impression de me trouver nu à chaque fois qu'il les pose sur moi. Et sa bouche... Je peux ressentir les petites gouttes qui perlent sur ses lèvres et qui m'appellent … J'ai tellement envie de les embrasser... Mais qu'est-ce qui m'arrive ? Je ne suis plus maître de mes mouvements, je me sens défaillir... Alors que je vois sa bouche s'approcher de plus en plus près, Tim se laisse tomber sur le sol. Je reste là, debout, sans vraiment comprendre ce qui vient de se passer. Je me laisse tomber à ses côtés.

     

    -Es-tu amoureux de moi ?

     

    Je vois deux petites taches rouges apparaitre à une vitesse folle sur ses joues. Qu'est-ce qu'il est mignon ! Je le vois cacher sa tête entre ses jambes. Je lui attrape le menton et l'oblige à me regarder.

     

    -Pourquoi Pierre t'a fait ça ?

    -Il... Il est aussi amoureux de toi et ne supporte pas l'idée que je me rapproche de toi...

     

    Est-ce vraiment possible d’être aussi beau que lui ? Je dois me rendre à l'évidence, je suis amoureux... Même pour Géraldine, je n'ai jamais ressenti une chose aussi forte. J'ai de plus en plus de mal à me contenir. Il faut absolument que je sache... Je lui prends alors le visage dans mes mains et j'approche ma bouche... Quel goût peut-il avoir ? Un goût de fraise comme Géraldine ? Je nage dans l'inconnue... Je sens son souffle sur mon visage, mon nez touche le sien et nos bouches sont à deux doigts de se toucher...


  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Mai 2019 à 10:38

    Alessandro et Dareck sont pas mal du tout tongue

    Ils ont tous une histoire triste cry

    Heureusement qu'ils se sont trouvés, et, forment une famille !

      • Lundi 27 Mai 2019 à 17:51

        Oui heureusement. Ils sont vraiment soudés

    2
    OriOdaMiori
    Vendredi 24 Avril à 13:48
    Aujourd'hui, alors que j'arrive seul, je vois Thomas marcher seul en direction de la cantine. Il s'engouffre dans la salle. Sans réfléchir, je le suis et m'assois face à lui.

    Tu t'es trompé dans le prénom, c'est Tim pas Thomas et il y a d'autres endroits je crois. Sinon, j'adore toujours et ça évolue petit à petit. Pierre est un enfoiré et tout comme Gege, ils mériteraient de finir en taule. Je suis gentille, je ne tue pas. ☺️
      • Vendredi 24 Avril à 14:08

        Oui Sisa me l'a déjà dit. Dans la version livre je n'ai changé qu'une seule fois car je n'ai pas vu la seconde. Mais bon ce sera une petite coquille (cela m'apprendra à changer les prénoms de mes personnages lol) Merci pour ta lecture! A voir si tout le monde sera aussi gentille que toi...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :