• Chapitre 14 : Ce garçon qui me hante

     Chapitre 14 : Ce garçon qui me hante

    Point de vue de Tim

     

    Je ne sais pas ce qui m’arrive… De l’avoir croisé ainsi, si faible et démunie m’a fait de la peine. Je n’ai pas pu faire autrement que de m’arrêter pour être certain que tout allait bien. Pourtant je le hais… Sous prétexte qu’il soit beau et apprécié, il se croit au-dessus de tout. Sa famille est peut-être importante, mais quel besoin a-t-il de se sentir supérieur ? Mais, à cet instant, j’avoue que j’ai eu envie de le prendre dans mes bras. Non, plus jamais je ne me risquerais à m’approcher de personnes comme lui. Je dois tout faire pour l’éviter. Nous sommes dans la même classe mais heureusement j’ai la permission de rentrer chez moi tous les jours. Je diminue ainsi les risques de me retrouver seul avec lui.

     

    -Alors Tim, tu rêves ?

     

    Mon meilleur ami Lucas s’assoit à côté de moi. J’avais oublié que j’étais à la bibliothèque pour réviser et non pas pour penser à lui. Je veux devenir médecin et je dois donc mettre toutes les chances de mon côté pour y arriver. Il y a ce docteur que j’admire, Shaolan Tran. C’est lui qui s’occupe de moi à l’hôpital. Je rêve de lui ressembler un jour : toujours patient et à l’écoute de ses patients. On a l’impression de faire partie de sa famille et cela est un vrai réconfort.

     

    -Laisse-moi deviner, ajoute Lucas, tu l’as croisé ?

    -De qui tu parles ?

    -Du beau Steve que tu fuis comme la peste…

    -Je ne vois pas pourquoi de le voir me mettrait dans cet état. Je n’aime pas les mecs comme lui. Ils sont hypocrites et superficiels…

    -Je dors dans la même chambre que lui et je peux t’assurer qu’il ne ressemble en rien au portrait que tu peins de lui.

    -Il faut toujours se méfier de l’eau qui dort… J’en ai fait les frais à mes dépens. Même ta propre famille peut te planter un poignard dans le dos…

    -Tu as trop de haine, Tim, il faut que tu prennes du recul… Et crois-moi, je sais de quoi je parle…

    -Je ne sais pas comment tu fais… Tu as été battu, laissé pour mort sous les yeux et le commandement de ton père, tu es sorti de plus d’un an de coma sans aucun souvenir de ton passé… Et tu persiste à vouloir trouver du bon en chacun de nous…

    -La vie est ainsi faite… Si tu n’écoutes pas ton cœur, jamais tu ne pourras être heureux… La seule chose qui me fasse tenir c’est l’espoir, qu’un jour je le reverrai…

    -Celui qui t’a dit qu’il t’aimait comme tu étais ?

    -Oui et crois bien que cela fait un bien fou de l’entendre… Mais tu sais, en dormant dans la même chambre que Steve, je ressens de la sécurité. C’est un peu comme s’il était celui que je cherche depuis tout ce temps…

    -Un idiot comme lui ne pourra jamais être l’homme bien que tu cherches. Il n’en vaut pas la peine…

    -Fais attention Tim, tu parles comme un homme amoureux…

     

    Le petit sourire que je vous apparaitre sur son visage me détend immédiatement. Moi amoureux de cet égocentrique idiot ? Jamais de la vie… J’ai autre chose à faire… Il est largement temps pour moi de rentrer chez moi. Je dis au revoir à mon ami avant de prendre le chemin de ma maison. Il est trop tard pour que je passe voir Aya… Je la verrais une prochaine fois.

     

    ***

     

    Une fois seul chez moi les souvenirs de mon passé refont surface. J’étais tellement heureux avec Corbin… Il était violent mais avec moi, jamais… J’étais le seul à pouvoir lui parler crument et à pouvoir le remettre à sa place sans craindre de me prendre une balle en pleine tête. Je n’aimais pas le voir avec son arme et il le savait… Il ne l’avait jamais sur lui quand il me voyait. Mais c’était toujours quand il voulait où il le voulait… C’était un homme avec un charisme de malade et inspirait la confiance et l’autorité née. Il était comme ça jusqu’au jour où il a décidé de me laisser tomber pour se marier… Avec ma propre sœur, Orihime… Elle savait que je l’aimais de tout mon cœur mais elle a quand même accepté de devenir sa femme… Cela fait plusieurs mois que je n’ai revu ni l’un, ni l’autre… Je ne veux plus jamais les voir… Les personnes comme eux, beaux et charismatiques profitent toujours de leurs dons pour te mettre en confiance pour mieux te trahir. Au final, il faut les éviter autant que possible. Et c’est ce que je m’évertue à faire depuis ce jour là…

     

    ***

    Point de vue de Lucas

     

    Tim ne comprend pas à quel point il est important de ne pas juger les gens… La vie est bien trop courte pour alimenter sa haine. Au final il catalogue les personnes selon la fausse idée qu’il se fait d’eux… Je connais très bien Corbin, il est même mon meilleur ami. Il est loin d’être la personne sans cœur qu’il me décrit… Pour Steve c’est la même chose. Il est exactement comme Corbin, sauf que là où l’un utilise la violence, l’autre favorisera plutôt le dialogue… C’est un vrai bonheur de me trouver dans la même chambre que Steve.

     

    -Encore en train de rêvasser.

     

    Cette voix taquine je la connais. Je m’y suis habitué depuis que les cours ont commencés. Steve me connait bien maintenant et continue de me ramener sur Terre à chaque fois qu’il me voit partir trop loin.

     

    -Oui, je pensais à mon ami Tim…

     

    A peine l’ai-je mentionné que Steve fait demi-tour pour venir prendre place à mes côtés.

     

    -Tim ? Que lui arrive-t-il ? Il a un problème ?

    -Oui je pense… Il a tellement souffert qu’il a tendance à juger trop vite les personnes…

    -Ca, malheureusement, on ne peut rien y faire… C’est le lot de la majorité des êtres humains.

    -Cela ne te fait rien d’être détesté par lui alors que tu n’as rien fait ?

    -Oui cela me peine beaucoup, mais j’ai l’espoir qu’un jour, il s’aperçoive que je ne suis pas le monstre qu’il semble croire…

    -Sans aide de ta part, il ne s’en rendra jamais compte…

    -Que veux-tu dire ?

    -Il pense avoir été trahi par son premier amour et par sa sœur alors il veut se persuader que toutes les personnes charismatique et gentils sont des hypocrites qui vont lui tourner le dos dès que l’occasion se présentera.

     

    Sa réaction me surprend. Un sourire radieux illumine son visage alors que je viens de lui dire que Tim le déteste… Cet homme est décidément une énigme.

     

    -Pourquoi parais-tu ravie d’apprendre qu’il te déteste ?

    -Ce n’est pas cela qui me ravis, au contraire. Mais je sais enfin pourquoi il le fait et cela n’a rien à voir avec moi. Je vais pouvoir lui prouver que je ne suis pas comme ça.

     

    Il se lève tout à coup avant de poser ses mains sur mes épaules. Un sourire chaleureux illumine son visage.

     

    -Merci Lucas, grâce à toi je vais pouvoir devenir son ami. Ne lui dis pas que tu m’as parlé sinon il risque de t’en vouloir et tu n’as pas besoin de cela. Mais par contre, le jour où tu te sentiras capable de me parler de ce qui t’ai arrivé, je serai là pour t’écouter.

    -Pourquoi ferais-tu cela pour moi ?

    -Tu as été le premier amour de mon frère, le premier à le rendre heureux. Rien que pour ça je ne peux pas rester sans rien faire.

    -Attends, tu…

     

    Mais il me fait signe de me taire avant de coller le téléphone à son oreille. Je ne parviens pas encore à assimiler tout ce qu’il vient de me dire… Ce garçon que je recherche depuis toutes ces années, ce serait son frère ? Oui mais lequel ? Je ne parviens pas à y croire… Je suis si près du but… Je reviens à la réalité lorsque je vois Steve sortir précipitamment de la chambre… J’espère avoir d’autres occasions de lui parler…

     

    ***

    Point de vue de Steve

     

    Ce que Lucas m’a appris il y a une semaine me trotte dans la tête sans discontinuité. Je ne parviens plus à me concentrer. C’est fou comme il arrive à s’accaparer mes pensées aussi facilement. J’en délaisse mes frères et mon cousin qui m’en font souvent le reproche. Mais je n’aurais pas de repos avant que Tim ne m’accepte tel que je suis et voit le vrai moi.

    Je le cherche depuis un moment mais je me rends vite compte que je suis complètement idiot. Le seul endroit où il peut se trouver est à la bibliothèque. Effectivement, une fois là-bas, je remarque tout de suite sa tignasse rousse. Il est plongé dans la lecture d’un livre sur la médecine. J’aime le regarder travailler, il semble si insouciant.

     

    -Si tu n’as rien à me dire, ce n’est pas la peine de rester planter devant moi, dit-il sans même relever la tête.

    -Tu savais donc que j’étais là…

    -Avec ta carrure tu passes difficilement inaperçu…

    -Je comprends… Mais tu sais à faire du basket à haut niveau n’a pas que du positif.

    -Et ça te fait rire ?

    -Tu aurais préféré que je pleure ?

    -Non, juste que tu ne sois pas là à me parler…

    -Tu es dur quand même… J’ai dû louper une semaine de cours à cause du basket, alors je me disais que tu pourrais me faire rattraper tout ce que j’ai loupé…

     

    Il daigne enfin lever la tête et me regarde avec des yeux agrandis par la stupeur. J’ai fait mon petit effet et je n‘en suis pas peu fier. Je ne lui laisse pas le temps de reprendre ses esprits que j’enchaine aussitôt.

     

    -Je passe chez toi ce soir vers 19h. Merci tu me sauves la vie !

     

    Je file sans attendre sa réponse. Je dois le forcer à me connaitre si je veux arriver à le faire changer d’avis.

     

    ***

     

    Point de vue de Tim

     

    Je le regarde incrédule alors qu’il tourne les talons. Non mais je rêve. Il s’incruste chez moi sans attendre ma réponse… Il doit vraiment avoir l’habitude d’avoir tout ce qu’il veut. Je ne m’étais pas trompé sur lui… S’il croit que son physique peut lui ouvrir toutes les portes, il se fourre le doigt dans l’œil. Il va voir comment je le reçois… Je ne vais certainement pas le louper… Encore sous le coup de la colère, je rassemble mes affaires et quitte précipitamment la bibliothèque.

     

    Sur le chemin du retour, je décide de m’arrêter chez Aya, ma meilleure amie. Cela fait déjà trop longtemps que je l’ai délaissé. De plus, je n’ai vraiment aucune envie de me retrouver en tête à tête avec cet athlète de bas étage qui ne se prend pas pour n’importe qui.

     

    -Coucou princesse !

    -Tiens salut toi. Que me vaut l'honneur de ta visite ?

    -Je n'ai pas le droit de rendre visite à la femme de ma vie ?

    -Quel beau parleur tu fais !

    -Tu viens à la maison ce soir ? S'il te plaît !

    -Ce soir je ne peux pas, je te l'ai déjà dit...

    -Allez c'est important !

    -Que peut-il y avoir de si important pour que je loupe mon cours de couture ?

    -Steve doit venir à la maison...

    -Tu t'es enfin décidé à lui déclarer tes sentiments ?

    -Je ne vois vraiment pas de quoi tu veux parler... Moi aimer un imbécile pareil imbu de sa personne ? Mesquin et moqueur ?

     

    Aya éclate de rire, un rire franc que j'aime tant. Je me demande encore pourquoi elle est célibataire. Je n'ai jamais connu plus belle personne.

     

    -Alors c'est oui ?

    -Comment je peux te refuser quoique ce soit ?

     

    Aya est adorable et sa présence va beaucoup m'aider... Mais quelle idée ! Moi amoureux de Steve ? C'est impensable, pourtant, ce petit cri de joie que je contiens depuis tout à l'heure me prouve le contraire…

     

    ***

    Point de vue de Steve

     

    L’agence MNA Agency vient de me contacter pour une séance photo improvisée avec deux collègues. Je ne l’avais pas prévu et cela m’embête un peu. Je voulais faire bonne impression ce soir, mais je crois que c’est raté… Et pour couronner le tout, je n’ai pas son numéro et ne peut donc pas le prévenir de mon retard. Je prends quand même beaucoup de plaisir à faire cette séance. Alice et Armand sont tous les deux des collègues adorables et jouer le rôle de l’ange me plait assez… La bonne conscience n’est pas toujours facile à gérer et lutter contre ses démons est plus fréquent qu’on ne le croit…

    Il est près de 20 heures lorsque je termine les dernières photos. Je ne peux me permettre de prendre plus de retard. Après le shooting Armand s’est amusé à me tremper et je n’ai aucun rechange. Les nuits commencent à se faire fraiches alors si je ne veux pas attraper froid, je dois laisser mon t-shirt ici. Tim en aura bien un à me prêter. Il ne fait vraiment pas très chaud, mais un petit footing ne me fera pas de mal. Bien au contraire ! J’entends déjà Jacob me féliciter pour une telle initiative. Il est déjà 21 heures quand je sonne à la porte de chez Tim, torse nu et dégoulinant de sueur.

     

    ***

    Point de vue de Tim

     

    La maison est bien vide depuis que je suis seul… Je m’entendais bien avec ma sœur avant qu’elle ne me trahisse… Depuis je n’arrive même plus à la regarder dans les yeux. Elle a tout pris de papa : ses cheveux noirs et ses traits légèrement asiatique.

    C’est Aya qui arrive la première heureuse de pouvoir rencontrer Steve, celui dont je lui rabats les oreilles depuis des mois, voire même des années ! Elle est là à 18 heures précise mais je reste toujours sans aucune nouvelle de Steve. Quel bêta j'ai pu être de croire que le garçon le plus demandé allait débarquer chez moi. Il s'est bien moqué de moi ! Il m’est devenu impossible de me concentrer sur mes devoirs. Je n'ai de cesse de fixer la porte d'entrée comme si cela allait le faire arriver.

     

    -C'est mort, il n'y a plus aucune chance qu'il ne vienne, je soupire résigné tout en refermant mes cahiers avec force.

    -Pour quelqu'un qui se fou de lui, je te trouve plutôt touché par son absence.

    -Tu as peut-être raison... J’espérais sincèrement qu'il vienne.

     

    Je ne parviens pas à cacher la déception qui m’étreint. Je me tourne pour cacher mes larmes de rage. Je n’aurais jamais dû me fier à ce qu’il disait. Ce n’est qu’un abruti qui aime se moquer des autres… Je m’apprête à aller dans la cuisine me servir un verre d'eau quand j’entends quelqu’un frapper à la porte d’entrée. Etonné par cette visite tardive, je m’empresse d’aller ouvrir. Et c’est là que je le découvre, torse nu devant chez moi… Mes yeux restent concentrés sur ses muscles saillants et sa plastique de rêve. Ce mec est vraiment magnifique ! Mais que m’arrive-t-il ? Ce n’est vraiment pas le moment de penser à ça… Je dois reprendre mes esprits et ne pas me laisser envouter par son sourire magnifique.

     

    -Tu ne crois pas qu'il est un peu tard pour arriver ?

    -Je suis désolé, mais j’ai eu une séance photo improvisée qui a durée un peu plus longtemps que prévue…

    -Et le téléphone tu connais ? Je m’emporte détournant le regard.

    -Le téléphone oui, mais pas ton numéro.... Je suis désolé, mais il fait un peu froid... Je peux peut-être entrer ?

     

    Je le laisse passer encore gêné mais bien décidé à ne pas me laisser faire. Il va savoir comment je m’appelle et je vais lui faire perdre l’envie de recommencer.

     

    -D'ailleurs tu peux m'expliquer ce que tu fais dans cette tenue devant chez moi ?

    -Oh ça, c'est à cause d’une petite blague de la photographe qui a, sans doute, voulu me voir avec un T-shirt mouillé… Je pourrais d’ailleurs emprunter ta douche s'il te plaît ?

     

    Je boue littéralement de rage et je me sens exploser à l’intérieur. Il se prend pour qui ? Il vient s’incruster chez moi à une heure pas possible pour ensuite faire que ce qu’il a envie… Mais l’intonation de ma voix lorsque je lui réponds me surprends moi-même.

     

    -Oui bien sûr.

     

    Je me vois littéralement fondre devant son sourire et je lutte pour ne pas afficher un sourire béat. Je ne sais pas ce qui m’arrive et je n’aime pas du tout ça. Mon cœur s’emballe un peu trop vite à mon goût. Je reste un long moment sans bouger, à fixer l’endroit où la silhouette parfaite de Steve a disparue.

     

    -Et après tu viendras me dire que tu n’es pas amoureux…

     

    Aya s’est approchée sans bruit et me donne une petite tape sur l’épaule. Je l’avais complètement oublié… Quel piètre ami je fais… Lorsque Steve est là, j’ai l’impression que j’oublie tout le reste et c’est ma meilleure amie qui vient d’en faire les frais.

     

    -Je suis désolée Tim, mais je me sens très fatiguée. Je vais rentrer.

    -Tu ne veux pas rester dormir ici ?

    -Et tenir la chandelle ? Non merci !

    -Allez je t’en supplie ! Ne me laisse pas seul avec lui…

    -Il m’inspire confiance cet homme et la seule raison pour laquelle tu pense le détester est qu’en fait, tu en es fou amoureux…

    -C’est clair que si tu comptes dire des bêtises toute la soirée, tu ferais mieux de rentrer.

    -Ne fais pas ta mauvaise tête, ajoute-elle en me déposant un baiser sur la joue. Je me sauve avant qu’il ne sorte de la douche.

    -Je te raccompagne.

    -Non, ne t’en fais pas, cela va me faire du bien de marcher un peu.

     

    Aya est à peine sortie que j’entends Steve hurler mon prénom. Non mais il se fou de moi ? Il compte réveiller tous mes voisins ? Il se croit vraiment tout permis ma parole. Je me dépêche de le rejoindre et fais irruption dans la salle de bain en criant.

     

    -Non mais je ne suis pas sourd quand....

     

    Soudain je me fige. Je ne peux détacher mes yeux de son corps. Il est nu au milieu de la pièce, tout son corps offert à ma vue. Le rouge me monte aux joues et je détourne aussitôt les yeux.

     

    -Non mais ça va pas ? Tu ne pourrais pas avoir au moins un peu de pudeur ?

    -Tu ne vas pas jouer au garçon prude ? Tu en as vu d'autres quand même !

    -Oui mais ce n'est pas une raison. Tiens prends cette serviette au moins !

     

    Je sors précipitamment de la pièce et me dirige vers la cuisine. J’ai besoin de me remettre les idées en place et faire redescendre la température de mon corps qui devient critique. Mon cerveau marche à cent à l'heure et je ne peux pas empêcher mon cerveau de s’imaginer toutes sortes de choses... A mesure que mes rêves prennent le pas sur la réalité, je perds un peu plus la notion du temps et de l’espace. Je suis complètement envahit par le désir de son corps qui me rend carrément fou.

    Mais qu'est ce qui me prend ? J'ai intérêt à me ressaisir si je ne veux pas qu'il se doute de quelque chose. Allez, Tim, cou... Je sursaute lorsque je sens une main se poser sur mon épaule. Le retour à la réalité est bien trop brusque et je vacille. Je me vois déjà m’affaler sur le sol sous son regard… Mais Steve a des réflexes assez développés et me retiens dans ses bras. Une fois sur mes deux jambes, je m’empresse de m’éloigner de lui. Mon corps commence à ne plus me répondre, surtout qu’il n’est toujours pas habillé…

     

    -Encore à poil ?

    -Je ne suis pas à poil… Quoique si j’enlève la serviette, tu auras une vue plongeante sur mes parties…

     

    Tout en parlant, il fait mine de retirer le seul obstacle qui m’empêche de revenir à mes rêves lubriques. Je hurle tout en me détournant de lui.

     

    -Ce n'est pas la question ! Tu comptes rester dans cette tenue encore longtemps ?

    -Ben mes vêtements sont encore trempé donc soit je reste ainsi soit tu me files des vêtements...

    -Bon très bien, va te servir dans mon placard, je soupire me rendant compte que je ne peux rien y faire...

     

    Je fais les cent pas ne parvenant pas à me concentrer. Je n’arrive pas à définir ce que je ressens pour lui. Il est magnifique, je ne peux pas le nier. D’ailleurs mon cœur qui se met à tambouriner dans ma poitrine à chaque fois que je le vois ne peut pas mentir… Mais je ne veux pas… Je ne veux pas retomber dans ce piège… J’ai beaucoup trop souffert avec Corbin alors je ne veux pas subir la même chose avec Steve. Il me trahira, un jour, lui aussi. C’est inévitable… De toute façon c’est un hétéro pur et dur. Je n’ai aucune chance que mes rêves deviennent réalité. Il ne devra jamais savoir ce que je ressens pour lui.

     

    Il est déjà près de 22 h et nous n'avons toujours pas commencé à bosser. Je me demande bien à quelle heure il compte retourner à l’école… En tant que chef de dortoir, il montre mal l’exemple… J’en suis là de mes réflexions lorsque je le vois revenir, enfin habillé.

     

    -Comme ça c'est mieux ? Me demande-t-il.

     

    J’approuve de la tête. Même si mon corps et mes yeux aimeraient pouvoir le contempler dans son plus simple appareil, je dois bien me rendre à l’évidence : ce n’est pas une bonne chose.

     

    -Tu n'es pas très grand en fait… Je me sens serré dans tes vêtements. Et puis il faudrait que tu te muscles un peu plus.

    -Non mais moi je ne t’ai rien demandé, surtout pas des compliments, je réponds ironiquement.

    -Ça va, ne fais pas cette tête. Enlève-moi ça que je regarde comment tu es bâti...

    -Ça ne va pas ? Je suis très bien comme je suis et ne compte pas changer. On s'y met ? Il est déjà tard...

    -Justement, je n'ai plus envie de travailler, dit Steve en s'écroulant sur le canapé. Et si on jouait à la console ?

     

    Sans attendre ma réponse, il s'empare de la manette et commence une partie. Je ne peux qu’être spectateur de ce qui se passe. En soupirant, je décide de le laisser jouer pendant que je vais, à mon tour, prendre une douche pour me remettre les idées en places. Je reste quand même quelques minutes à sentir l’eau chaude couler sur mon corps. Je tente de reprendre mes esprits et de ne plus penser à son corps, même si, c’est une cause perdue. Une fois changé, je retourne voir Steve et le découvre allongé sur le canapé, endormi. Je suis tout de suite attendri par cette vision. Je suis tiraillé entre l'envie de le réveiller et celle de le laisser dormir. Je me décide enfin pour la seconde et je décide d’aller, moi aussi, me coucher. Demain est un autre jour…

     

    ***

    Point de vue de Steve

     

    Je suis assez content de la soirée d’hier, bien que Tim semble être assez timide. J’ai déjà pu mettre un pied dans son intimité. Je ne dois pas baisser les bras et continuer de faire le forcing pour qu’il m’accepte enfin. Alors que je tente de jouer au basket pour me vider la tête, mes frères et notre cousin arrivent.

     

    -On fait une petite partie deux contre deux ? Suggère Adam.

    -Pourquoi pas, approuve Nicolas.

     

    Pour la constitution des équipes, nous tirons au sort. Jouant en professionnel, je sais très bien que je vais devoir me retenir si je veux pouvoir les laisser un peu jouer. Le tirage au sort a désigné Thomas pour être dans mon équipe… Nous entamons alors notre entrainement. Plusieurs étudiants se pressent autour du terrain pour nous regarder jouer. Bientôt, d’autres joueurs nous rejoignent et nous passons tous un très bon moment. Alors que je viens de marquer un panier à trois points, j’aperçois Tim dans la foule. Aussitôt je pars à sa rencontre.

     

    -Salut Tim, le match t’a plu ?

    -Ce n’est que des garçons courant après un ballon. Il n’y a rien de transcendant à vous regarder.

     

    Son regard fuyant et ses joues qui deviennent rouge me démontrent le contraire. Je souris heureux qu’il ait passé un bon moment. Je remarque alors le livre qu’il porte dans ses bras.

     

    -Tu vas réviser à la bibliothèque ?

    -En quoi cela te regarde ?

    -Tu devrais te reposer un peu quand même. A ce rythme tu ne tiendras pas longtemps.

    -Je ne t’ai rien demandé. Je fais ce que je veux.

    -C’est exact, je suis désolé. Au fait, ce soir je viens chez toi pour le travail de groupe.

    -Non je ne veux pas. Nous n’avons qu’à aller bosser maintenant à la bibliothèque.

    -Je ne peux vraiment pas. Je suis attendu pour un entrainement spécial.

    -Si tu penses que ton bien-être physique prime sur ta culture c’est toi que cela regarde, mais il est…

    -A ce soir ! Je m’écris le coupant dans sa phrase.

     

    En effet, j’aperçois déjà Jacob qui m’attend à l’entrée du terrain. Thomas et moi nous le rejoignons rapidement. Nos entrainements se déroulent toujours dans l’enceinte de l’université mais dans la cour arrière pour que nous ne soyons pas dérangés.

     

    -Steve, je sais que tu n’aimes pas te battre, mais aujourd’hui j’aimerais mettre l’accent sur cet aspect de l’entrainement. Une force brute sans entrainement ne sert à rien. Au final ce sera comme si tu n’avais aucune capacité. Je veux, par cet entrainement que tu parviennes à parer les coups. Quant à toi Thomas, savoir combattre mais sans vraiment te muscler n’a pas grand intérêt. Si tu veux que tes coups aient un certain impact, tu vas devoir entrainer tes muscles.

     

    Jacob prend un moment pour être certain que nous ayons bien compris ce qu’il avait en tête. Tout est limpide : je vais m’entrainer au combat avec lui pendant que Thomas va s’entrainer tout seul. Je lui fais confiance car après tout, c’est ancien grand combattant.

     

    -Thomas, je te laisse aller t’entrainer là-bas. Steve, j’ai une surprise pour toi. Ton adversaire d’entrainement arrive.

     

    Je me retourne et dévisage le jeune qui arrive d’un pas nonchalant. Il fait aussi parti de notre école, mais nous ne sommes pas dans la même classe.

     

    -Je te présente Ash. Il a fait partie de mon groupe de combattant lorsque Shane y était encore. C’est un petit très prometteur qui a une bonne technique. Il a beaucoup à t’apprendre.

     

    Je m’approche souriant pour lui serrer la main. Il ne sourit pas se contentant de me faire un simple signe de la tête. Je ne m’en formalise pas et commence mon entrainement.


  • Commentaires

    1
    stephy
    Vendredi 17 Avril à 18:56

    il va se passer quoi entre Steve et Tim hâte de savoir 

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :