• Chapitre 13 : Ayame

     Chapitre 13 : Ayame

    Pour la dixième fois maintenant, je regarde mon téléphone. Je ne comprends pas pourquoi je n’ai aucune nouvelle de Ayame. Ce n’est pourtant pas faute de lui avoir envoyé plusieurs messages mais je n’ai pas, non plus envie, qu’elle pense que je suis en train de la harceler. Je commence vraiment à m’en inquiéter sérieusement. Le mieux serait sans doute que j’aille la voir directement chez elle mais pour cela, il faudrait qu’Akasha m’en donne l’autorisation… Et c’est loin d’être gagné…

    Je me retrouve devant son bureau. Même si Akasha est mon arrière-grand-père aux dons surnaturels, il n’en reste pas moins intimidant. Après avoir frappé deux petits coups à la porte, la voix grave et autoritaire d’Akasha retentit.

     

    -Entre Steve.

     

    Je sais qu’il n’aime pas que l’on tourne autour du pot mais je n’ai aucune idée de comment m’y prendre pour lui faire ma demande. Au bout d’une longue minute, Akasha soupire et arrête tout ce qu’il fait.

     

    -Tu vas finir par me dire le pourquoi tu es ici ?

    -J’ai besoin de sortir de l’université…

    -Et pour quelles raisons ?

    -Je m’inquiète pour une amie. J’ai besoin de savoir si elle va bien.

    -Tu devrais plutôt t’inquiéter pour toi.

    -Tu ne vas pas commencer avec cette histoire. Ramanga ne me fait pas peur !

    -Tu devrais plutôt en avoir peur… Tu n’es pas sans savoir qu’il s’est allié avec une puissante sorcière qui lui a rendu son vampirisme…

    -Je sais me battre, Jacob passe son temps à m’entraîner.

     

    En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, Akasha se place derrière moi tout en me tordant le bras derrière le dos. Je laisse échapper un cri de douleur alors qu’il commence à me soulever. Je ne suis pas certain que ce type soit encore humain…

     

    -Et maintenant, tu te crois encore capable de lui faire front ? Je ne suis plus un vampire, je suis juste un humain avec des pouvoirs, pourtant tu ne peux me résister. Que crois-tu être capable de faire face à un vampire assoiffé de sang comme Ramanga ?

     

    Il n’a pas tort mais je commence à étouffer. Cet homme est terrifiant et je me sens tellement petit à ses côtés. Difficilement je parviens à murmurer.

     

    -J’ai compris, s’il te plaît lâche-moi…

     

    Je retombe lourdement sur le sol. Je dois attendre plusieurs secondes avant de reprendre mon souffle. Je suis furieux mais pas contre lui, contre moi et mon incapacité à protéger ceux à qui je tiens. Mais je dois m’assurer qu’Ayame aille bien. Je ne peux pas me permettre de baisser ma garde. Je serre les poings de colère. Akasha doit le remarquer car il soupire.

     

    -Elle est vraiment importante pour toi ?

     

    Je suis étonné d’une telle question. Ce n’est pas le genre d’Akasha de demander des choses aussi futiles. Je hoche de la tête.

     

    -Tous mes amis sont importants pour moi. Je veux juste avoir de ses nouvelles, rien de plus. Elle reste injoignable ce qui m’inquiète, sûrement plus que de raison, mais je suis ainsi.

    -Très bien, je vais te trouver un chaperon. Jacob t’accompagnera. Attends juste qu’il termine ses cours et il viendra te chercher. Maintenant laisse-moi, j’ai du travail.

     

    Je le remercie avant de m’empresser de sortir. Une fois assez loin, je m’adosse au mur pour reprendre contenance. Mais jambes tremblent encore et la peur me tenaille toujours la poitrine.

     

    -Ça va ?

     

    Je relève la tête à cette question et je reste figé devant la tête rousse qui me fait face. Je m’attendais à tout sauf à Tim…

     

    -Pourquoi tu me poses cette question ?

    -Tu es assis, seul, au milieu du couloir entrain de pleurer et je…

     

    Je porte immédiatement la main à mon visage et essuie mes larmes d’un geste du bras. J’ai eu tellement peur que je ne me suis même pas aperçu que je pleurais. Je souris alors à celui qui occupe mes pensées.

     

    -Merci de te préoccuper de moi. Je pensais que tu ne me détestais…

    -C’est toujours le cas, mais je ne peux pas ignorer quelqu’un qui ne se sent pas bien.

    -Tu es quelqu’un de bien…

    -Pas comme toi, c’est clair. Donc si tu n’es pas sur le point de mourir, je vais te laisser.

    -Non tout va bien, tu peux passer ton chemin.

     

    Je plante mon regard dans le sien pour le sonder. Ce garçon est une véritable énigme pour moi. Il m’obsède littéralement. Je n’arrive pas à penser à autre chose qu’à lui. J’ai vraiment envie de faire plus ample connaissance avec lui et, pourquoi pas, devenir ami… C’est mal parti pour le moment mais un jour je saurai pourquoi il me déteste à ce point…

    Il est près de dix-huit heures quand je rejoints Jacob devant l’entrée de l’université. Le soleil est encore présent malgré les quelques nuages qui le couvre partiellement.

     

    -Tu ne tiens vraiment pas en place toi, sourit Jacob. Tu sais pourtant qu’il est dangereux pour toi et tes frères de sortir.

    -Je sais, Akasha me l’a déjà prouvé… Il est effrayant ce type…

    -J’ai eu la même impression que toi en le voyant la première fois. C’est Luna, la première humaine a lui avoir volé son cœur, qui est parvenu à le changer ainsi, à l’adoucir. Maintenant c’est Raven qui le rend plus humain. C’est un homme puissant et juste. Il faut que tu l’écoute.

    -Oui je sais… Mais tu comprendras aussi que je suis obligée de m’assurer que mes amis aillent bien… Ayame en a tellement bavé toute sa vie que je ne peux pas la laisser tomber.

    -Oui je le comprends. Tu as toujours eu un cœur tendre et tu t’es toujours beaucoup plus inquiété pour les autres que pour toi-même.

    -Personne ne pourra me changer et de toute façon, je n’en ai aucune envie.

    -Pense à venir t’entraîner. Le basket c’est bien mais ce n’est pas ça qui va te permettre de protéger ceux que tu aimes face à un vampire… Je pense t’organiser quelques séances de combat prochainement…

    -Laisse tomber tonton, je n’ai aucune envie de me battre.

    -Ce n’est pas avec ton sourire que tu vas sauver qui que ce soit…

     

    Je sais très bien qu’il a raison… Jacob, le seul humain qui a le respect d’Akasha et de mon père. Un combattant hors pair qui a montré sa valeur… Je ne peux qu’accepter ses remarques et me donner à fond pour ce que je crois être juste.

    Nous arrivons bientôt chez Ayame. Je suis content de pouvoir enfin la voir et m’assurer qu’elle va bien. Lorsque nous tapons à la porte, c’est Thomas qui vient nous ouvrir. Je le connais pour l’avoir déjà vu plusieurs fois. Il n’a pas l’air en forme.

     

    -Thomas, tu vas bien ?

    -Ha Steve, qu’est-ce que tu fais là ?

    -Je suis venu voir Ayame, elle est là ?

     

    Il a un moment de surprise mais il finit par nous laisser entrer, plus abattu que jamais.

     

    -Elle ne vit plus avec moi. Nous sommes séparés depuis un moment.

     

    C’est à mon tour d’être surpris. Je pensais vraiment qu’ils étaient un couple soudé… Après toutes les épreuves qu’ils ont dû traverser, je ne comprends pas comment ils en sont arrivés à se séparer… C’est ce que je lui demande.

     

    -Je ne sais pas vraiment… Je ne sais même plus où j’en suis… Y a Ayame que j’aime, enfin, je le croyais… Et puis il y a eu Pandora… Cette fille m’a ensorcelé, enfin c’est ce qu’elle nous a dit… Je suis perdu… Elle ne me donne aucune nouvelle… Je n’arrive plus à penser à autre chose. Elle me hante. Elle a voulu que je me sépare d’Ayame et une fois fait, ne m’a plus donné aucune nouvelle…Je vais devenir fou à tourner en rond…

    -Tu devrais te calmer un peu et souffler. Accompagne-nous chez Ayame et parles-lui. Vous vous aimiez tellement tous les deux… Votre histoire ne peut pas finir ainsi, pas à cause d’une autre femme…

    -J’ai été cruel avec elle… Elle ne me le pardonnera jamais.

    -Ayame t’aime plus que tout. Elle te pardonnera.

     

    Je ne sais pas qui est cette Pandora ni comment elle a fait pour envoûter Thomas, mais il faut que cela cesse. Sur le chemin Thomas nous raconte l’accident de voiture d’Ayame et son coma prolongé. Je comprends alors son silence. Mais la description qu’il me donne de la personne responsable du crime me donne des frissons… La couleur et la marque de la voiture correspondent tout à fait à celle de Géraldine. De plus, le début de la plaque d’immatriculation dont il se souvient semble être celle de la voiture de Géraldine. Et en y réfléchissant, elle m’avait dit qu’elle avait eu un accident et qu’elle avait dû s’en séparer… Non ce n’est pas possible… Si cela s’avère être la vérité, cela voudrait dire que… Non je ne dois pas y penser. J’irais le lui demander et elle n’aura pas intérêt à me mentir…

     

    Lorsque nous pénétrons dans la maison de mon amie, nous la trouvons enlacer avec un garçon aux longs cheveux noir. Je reste stupéfait et n’ose pas bouger. Thomas regarde la scène avec tristesse. Seul Jacob qui ne connaît personne garde ses moyens et interpelle le jeune couple.

     

    -Excusez-nous de vous interrompre, mais nous recherchons Ayame…

     

    La jeune fille sort sa tête du cou du jeune homme et ensemble ils se tournent vers nous. Ayame sourit en me voyant mais change d’expression en apercevant Thomas. Étrangement, ce n’est pas de la gêne que je lis dans ses yeux, mais juste de la tristesse.

     

    -Steve, je suis heureuse de te voir, je dois te parler.

    -Je suis soulagé de voir que tu as trouvé quelqu’un pour te soutenir dans ce passage difficile de ta vie.

    -Oui je vais vous le présenter. Voilà, c’est Hadès, mon demi-frère…

     

    Je regarde Thomas guettant ses expressions mais il ne me fait qu’un petit signe de tête pour me dire qu’il était au courant. J’ignorais qu’Ayame avait un frère. Consciente de son effet, Ayame nous propose de nous asseoir pour tout nous raconter.

     

    -Mon père biologique ignorait où je me trouvais. Toutes ses recherches furent infructueuses. Il a fini par se mettre avec une femme qu’il trouvait magnifique et eut des jumeaux avec elle : Hadès et Pandora. Mais ce n’est malheureusement pas tout… Hadès, je te laisse continuer.

     

    Le jeune garçon hoche de la tête approuvant ce que mon amie vient de dire. Je suis suspendu à ses lèvres, sauf Jacob qui pianote sur son téléphone et Thomas qui semble déjà connaitre toute l’histoire.

     

    -Ma mère est une sorcière, une méchante sorcière. C’est, plus exactement, la relique de la mort que la sorcière Alice tente de vaincre depuis un moment.

     

    Je surprends Jacob sursauter à l’évocation des reliques et de la sorcière Alice. Son visage change soudain et se fait plus sombre, menaçant. Ils s’avancent à grande enjambée vers Hadès qui recule de peur.

     

    -Tu es qui exactement ?

    -Je suis le fils de la relique et un sorcier moi aussi. Je…

    -Je connais la sorcière Alice dont tu parles. La famille de Steve lui a demandé son aide afin de vaincre notre ennemi Ramanga.

    -Je le connais, enchaîne aussitôt Hadès. C’est un vampire qui s’est allié avec ma mère.

    -C’est donc elle dont on entend parler. Sa puissance est telle que personne ne peut l’affronter. Qui me dit que tu n’es pas, toi aussi, à sa solde et va tenter de nous envoyer dans un piège ?

    -Je n’ai rien à faire avec vous, défie Hadès. Je suis là pour que ma sœur m’aide à raisonner Pandora. Elle n’est pas si mauvaise, juste bouffer par la jalousie. Lorsqu’elle s’est aperçue que notre père était mort en ne pensant qu’à Ayame, elle en est devenue malade. Elle s’est alors rapprochée de notre mère à qui elle a tout donné, même son âme…

    -Laissez-moi réfléchir un instant… Tu es sans doute la solution à nos problèmes… Je vais passer un coup de fil. Steve, ne bouge pas de là.

     

    Je regarde mon mentor s’éloigner un peu perdu. Mais pour moi, l’essentiel c’est qu’Ayame aille bien. Thomas n’a pas du tout l’air dans son assiette. Hadès le remarque et s’approche de lui avant de pose sa main sur son épaule.

     

    -Écoute, je pense que tu n’as pas compris ce qui se passe même après te l’avoir déjà expliqué. Ma sœur t’a envoûté.

    -Je m’en suis rendu compte… Je ne parviens pas à penser à quelqu’un d’autre… Pourtant je sais que j’aime Ayame…

    -Ce que je veux dire c’est qu’elle t’a réellement ensorcelé, avec de la magie. C’est une sorcière puissante dont la magie noire est très efficace. Elle s’est promis de faire souffrir avant de tuer Ayame. Pour cela, elle s’est servie de sa magie sur toi afin que tu tombes amoureux d’elle…

     

    Thomas accuse le coup et ne semble pas vouloir croire ce qu’Hadès est entrain de lui dire. Tel un animal en cage, il part, apeuré, sans un regard en arrière. Je m’approche doucement de mon amie dont les larmes ne s’arrêtent plus et la prend tendrement dans mes bras.

     

    -Ayame, je suis désolé de te demander cela à un moment pareil, mais il faut que je le sache.

     

    Elle lève des grands yeux interrogateurs et me fait un sourire encourageant. Je plonge mon regard dans le sien.

     

    -La personne qui a failli te tuer… Est-ce que…

     

    Son regard se fait soudain fuyant et elle tente de détourner la tête. Je ne peux pas la laisser faire, j’ai besoin, non il faut que je sache.

     

    -C’est important, alors dis-moi je t’en prie.

    -Oui c’était elle. J’ai bien compris son message c’est pourquoi je n’ai pas cherché à te revoir. Je suis désolée Steve, mais je ne veux pas mourir et Géraldine est folle… Elle serait bien capable d’y arriver si elle nous revoit ensemble…

    -Je ne t’en veux pas et te comprends tout à fait. Ne te fais donc pas de soucis avec ça, je vais m’en occuper.

     

    Jacob revient à ce moment et me fait signe de le suivre. J’embrasse Ayame sur le front pendant qu’il prend les coordonnées d’Hadès. Puis, ensemble, nous retournons à l’université. Le trajet se fait dans le silence, Jacob perdu dans ses pensées.

     

    ***

    Point de vue de Jacob

     

    Aussitôt Steve en sécurité au sein de l’université, je me hâte de rentrer à la maison. Shonta a toujours été ma meilleure conseillère. Elle est sage et belle ce qui n’enlève rien à son charme. C’est toujours et d’abord vers elle que je me tourne quand je suis perdu et là j’ai plus que jamais besoin de sa présence.

    Comme d’habitude, je la trouve en train de peindre dans le salon. Je la regarde un moment toujours autant subjugué par sa beauté. Ses gestes sont doux et gracieux. Et sa longue chevelure rose suit le mouvement de ses épaules.

     

    -Mon chéri, tu vas rester longtemps planté là à me regarder ? Tu ne veux pas venir m’embrasser plutôt ?

     

    Jamais je ne laisserai passer une chance de la serrer contre moi, de la faire mienne. Je n’attends pas qu’elle pose son pinceau pour m’emparer de sa bouche et laisser nos langues s’unir comme si c’était la dernière fois. Dans un jeu de chat et de souris, elles tournent à l’unisson faisant naître en moi un autre désir bien plus puissant : la posséder maintenant, mais je dois me ressaisir, je ne suis pas là pour ça. Sentant que j’ai quelque chose d’important à lui dire, Shonta se sépare doucement de moi et m’entraîne à sa suite vers le canapé. Elle vient ensuite se lover dans mes bras.

     

    -Tu devrais être à l’université à cette heure-là, à martyriser tes protégés, non ? Qui de Ash, Steve ou Thomas va avoir droit à tes conseils avisés ?

    -Je dirais que pour le moment c’est Steve qui me pose le plus de problème.

    -Vraiment ? Lui qui est si calme et posé.

    -Son amour pour ses amis et sa trop grande compassion le met toujours plus en danger…

    -Il me rappelle son grand-père Xev…

     

    Je n’aime pas vraiment quand Shonta parle de son meilleur ami, celui pour qui elle avait tant d’amour qu’elle n’a pas hésité à se sacrifier pour lui… Elle en a terriblement souffert et j’ai eu bien du mal pour qu’elle s’accepte, enfin, comme elle est.

     

    -Ne fais pas cette tête, sourit-elle tout en me caressant les cheveux. Tu es le seul qui compte désormais pour moi. Et si maintenant tu me disais ce qui te tracasse ?

     

    Je lui parle alors de ma rencontre avec Hadès et de son lien avec Ramanga. Je lui avoue aussi, que je ne suis pas certain de pouvoir lui faire vraiment confiance et que j’ai peur qu’il ne soit là que pour amener Steve dans les filets de ce monstre…

     

    -Je vais demander à mon frère s’il peut me confirmer tes soupçons. Et en fonction de sa réponse, nous devrons aller en parler au White et à Akasha.

     

    Jordan est le petit frère de Shonta. Ils ont été séparés très tôt par Akasha qui voulait absolument que Shonta épouse son fils Xev. Alors pendant qu’elle menait la belle vie au manoir, son petit frère se battait pour sa survie. Lorsqu’elle apprit son existence, bien avant la grande bataille contre Ramanga, elle s’engagea à ses côtés dans la résistance. Alors qu’elle est redevenue humaine par amour pour moi, Jordan est resté un vampire et à même intégré les rangs de Ramanga en devenant son bras droit. C’est grâce à lui que nous en savons autant sur notre ennemi. Si Hadès est clean, seul Jordan pourra nous le confirmer.

     

    -Retourne à l’école mon amour. Je te tiens au courant dès que j’ai du nouveau.

     

    ***

     

    Je viens à peine de sortir de mon dernier cours de la journée lorsque je suis demandé dans le bureau d’Akasha. J’ai la sensation que je vais avoir la réponse aux questions qui m’ont hantées toute la journée. Et, en effet, lorsque j’entre dans le bureau du directeur, je vois Jordan assis sur le bureau comme si de rien était.

     

    -Mon bureau n’est pas un lieu de réunion alors la prochaine fois rencontrez-vous ailleurs.

    -Ne fais pas ton grincheux Aka. Si Raven t’entendait elle te remonterait les bretelles.

     

    Je souris devant le culot du jeune vampire. Il n’a pas du tout peur d’Akasha mais ce dernier semble se comporter en papa poule avec lui. Je crois bien, qu’avec Akampa, Jordan est le seul à pouvoir lui parler ainsi. Il jette un regard lourd de reproche au vampire avant de me porter son attention.

     

    -Tu as vu ta sœur ? Je demande à Jordan.

    -Oui et je peux t’assurer qu’Hadès n’a vraiment rien à voir avec Ramanga ou la relique de la mort. C’est un sorcier doux et gentil. Sa magie est bonne contrairement à celle de sa sœur qui est emplit de haine. Tu peux lui faire confiance. Il ressemble beaucoup à Steve pour ça.

    -Je vais devoir en parler à Abélia et Zatana ainsi qu’à Akampa.

    -Tu peux aussi leur dire qu’ils n’ont rien à craindre. La magie d’Hadès est bien plus puissante qu’il n’y parait. Même lui est loin de se douter de la force qu’il a en lui. C’est pour cette raison que sa mère n’a jamais tenté de s’en faire un allié ni même un ennemi. Il serait bien capable de tuer Ramanga à lui tout seul.

     

    Cette dernière déclaration me fait réfléchir. Si seulement cela pouvait être vraie et que l’on soit enfin débarrassé de ce monstre une bonne fois pour toute. Akasha semble s’apercevoir de mon trouble car il pose une main protectrice sur mon épaule.

     

    -Je vais m’occuper de ce gamin et le prendre avec nous au sein de l’université. Je vais aussi entrer dans son esprit pour découvrir s’il a, effectivement le potentiel pour tuer mon neveu. Toi continue de protéger les élèves jusqu’à ce que tout soit terminé.

     

    J’acquiesce étant lucide que mes capacités de combattant ne pourront pas m’être utiles dans cette situation. Je ne peux que continuer à veiller sur les enfants et les guider dans leur vie.

     

    -Autre chose, ajoute Jordan en se levant. Vous feriez bien de surveiller la pétasse blonde qui sert de petite amie à Steve. Elle est loin d’être aussi innocente qu’elle en a l’air. Récemment j’ai du me débarrasser de sa voiture avec laquelle elle a voulu écraser une amie de Steve. C’est aussi la maîtresse de Ramanga et il compte en faire la future reine des vampires.

    -Une fois Ramanga mort, elle ne pourra rien faire, intervient Akasha. C’est une petite rongée par la jalousie. Elle n’est pas une menace. Nous pouvons la garder sous contrôle. Jordan, retourne auprès de Ramanga avant qu’il ne se doute de quelque chose. Jacob, continue d’entraîner les garçons, on ne sait jamais. Et amène-moi ce jeune sorcier.


  • Commentaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :