• Chapitre 1-Une petite amie envahissante

    Chapitre 1: 11/03/19

    Géraldine a insisté pour venir avec moi, alors je l'attends. Je commence vraiment à en avoir ras-le-bol de ces coups tordus. Je souffle en m'adossant contre le lampadaire. Je regarde la pluie tomber à mes pieds. J'attends encore dix minutes et je bouge. Je n'ai pas laissé tomber mes frères pour me faire poser un lapin. Ma seule consolation est la perspective de revoir Ayame. Cette jeune femme m'a beaucoup touché. Je ne serais pas contre un petit moment câlin avec elle, mais quelque chose m'en empêche... De toute manière, ce n’est pas mon genre de coucher à droite et à gauche… Enfin bref, je dois me dépêcher si je ne veux pas être en retard à la séance photo.

     

    J'arrive juste à l'heure à l'agence NMA. Ayame est déjà présente et a revêtu sa robe de style Rococo. Elle est vraiment magnifique dans cette tenue. Je lui souris et file revêtir mon costume. La séance photo dure une bonne heure quand même mais je me suis vraiment régalé. J'espère pouvoir faire d'autres séances avec la belle Ayame. Je me dépêche de me changer pour intercepter mon amie avant qu'elle ne parte. J'aimerais bien lui proposer d'aller boire un verre pour la connaître un peu mieux. Par chance, je la trouve debout à l’abri de la pluie.

     

    -Hey salut toi !

    -Oh Steve ! Cette séance m'a vraiment beaucoup plu !

    -Moi aussi j'ai beaucoup aimé poser avec toi. Ça te dit d'aller boire un verre ?

     

    Je la vois regarder son téléphone. Elle veut certainement vérifier l'heure... Et je vois l'anneau qui orne son annulaire gauche. Je souris.

     

    -Ça y est, enfin mariée ?

    -Oui et je suis triste que tu ne sois pas venu...

    -Moi aussi... On y va ?

     

    Je connais des endroits sympas à Windenburg, je vais l'amener là-bas. Avec un peu de chance, je vais éviter Géraldine... Nous marchons en silence, chacun pris dans ses pensées. Mais je pense qu'une certaine gêne s'est mis entre nous... Tout est de ma faute, à moi de tout faire pour l'enlever. Le soleil vient enfin de percer alors nous prenons place autour de la petite table à l'extérieur et je ne tarde pas à revenir avec des boissons.

     

    -Toutes mes félicitations pour ton mariage.

    -Euh... Merci...

    -Je te sens mal à l'aise... Ai-je tort ?

    -Un peu...

    -Tu n'as rien à craindre de moi... Même si je suis un séducteur, je n'aime pas m’immiscer dans les couples... Toi et Thomas allaient très bien ensemble et tant que tu es heureuse, je ne m'en mêlerai pas.

    -Pourquoi tu es aussi sympa avec moi ?

     

    Je soupire et bois une longue gorgée de ma boisson. Je laisse le liquide descendre le long de mon œsophage, en silence.

     

    -Les obstacles que j'ai surmontés me font voir la vie d'une autre façon... Je n'arrive pas à rester tranquillement dans mon coin lorsqu'une personne a besoin d'aide. Le fait que tu sois une femme ne change rien à ma façon de penser...

    -Ta petite amie avait l'air contrariée de te voir avec moi...

     

    Je ris et ne parviens pas à m'arrêter.

     

    -Géraldine est très jalouse et je mentirais si je te disais qu'elle n'a aucune raison de l'être.

    -Tu ne l'aimes pas ?

    -Si, comme un fou...

    -Alors pourquoi tu la fuis tout le temps ?

    -C'est aussi ce que j'aimerais savoir...

     

    Je m'attendais à la voir. Sa belle chevelure blonde retombant sur ses épaules. Les hommes se retournent tous sur son passage... Il fut un temps où je ne supportais pas de voir ce sourire niais se dessiner sur leur visage, mais j'ai vite compris que cela ne me mènerait à rien. Je l'aime depuis huit ans et j'en suis toujours aussi fou amoureux...

     

    -Je peux savoir ce que tu fais avec cette traînée ?

     

    Je n'aime pas du tout le ton qu'elle emploie pour parler de mon amie. Je sens Ayame commencer à perdre patience. Je lui fais un signe de tête pour l'inciter à rester à sa place.

     

    -Ayame, je suis désolé de la façon qu'elle a de te traiter. Je vais te laisser. Je t'appelle plus tard.

     

    Je prends la main de Géraldine pour l'éloigner de ma nouvelle amie. Lorsque j'estime être assez loin, je lui lâche la main et la passe dans mes cheveux tout en soupirant. Géraldine vient se placer devant moi, les bras croisés me signifiant ainsi être en colère. Je dois bien avouer qu'elle me fait craquer.

     

    -Pourquoi te sens-tu obligé de me traiter ainsi ?

    -Gé s'il te plaît, ne commence pas. Il ne s'est rien passé entre elle et moi.

    -Tu te moques de moi ? Tu étais censé m’attendre ce matin.

    -Je t'ai attendu et à cause de ça je suis arrivé en retard à ma séance photo... Ayame était déjà habillée et...

    -Je rêve où tu es en train de me dire que tu devais faire cette séance avec elle ?

     

    Je souris devant sa colère. J'ai encore tout gagné... Je vais devoir donner de ma personne pour la faire taire. Cette idée ne me déplaît pas à vrai dire. Je m'approche d'elle toujours souriant ce qui ne fait qu’accroître sa colère. Tout à coup, sans la prévenir, je plaque mes lèvres contre les siennes, l'obligeant à se taire. Je lui donne un baiser plein de passion la poussant à me le rendre. Lorsque je me recule, un sourire illumine son beau visage.

     

    -Ça te dit d'aller te balader au bord de mer ?

    -Je n'ai pas les chaussures qu'il faut...

    -Tu pourras marcher pieds nus...

    -Tu plaisantes ? Je viens à peine de faire un soin poussé pour les rendre aussi beau. Je ne vais pas tout gâcher en marchant pied nu dans...

    -Je te porterai alors. Viens, on y va.

     

    Géraldine ne semble pas convaincue et continue un peu à bouder. Mais je ne m'en formalise pas. Après tout, elle a toujours réagi ainsi... Depuis toute petite... Je l'aime comme un fou, mais j'arrive de moins en moins à supporter ses écarts... Résultats, je m’éloigne peu à peu d’elle, de nous... Je n'ai trouvé que cette façon pour me protéger et souffrir un peu moins... Je n'ai jamais osé dire à Géraldine que je savais tout alors je fais comme si de rien était. Je sais que ce n'est pas la meilleure solution, mais je ne veux pas la perdre. Je la regarde marcher à mes côtés, sans un regard pour moi. La plage n'est plus très loin, j'espère qu'elle va retrouver un peu de bonne humeur...

     

    ***

     

    Nous arrivons enfin. Il fait encore beau pour mon plus grand plaisir. Géraldine ne supporte pas d'être mouillée et cela aurait augmenté sa colère. Je la regarde un moment avant de venir me placer derrière elle pour la serrer contre moi.

     

    -Gé, je suis désolé...

    -Tu savais que c'était avec elle ?

    -Non je t'assure que je ne te mens pas. L'agence m'a simplement envoyé un message pour me convoquer pour un shooting. Je ne savais rien d'autre.

    -Je n'aime pas ça... Tu es un peu trop gentil avec elle.

    -Elle ne mérite pas que je sois méchant...

    -Et moi je le mérite peut-être ?

    -Mais non... Tu veux bien parler d'autres choses ?

     

    Elle se retourne et me fait maintenant face. Je vois toujours de la colère dans ses yeux. Je soupire me résignant à essuyer une nouvelle vague de reproches.

     

    -Oui parlons d'autres choses, dit-elle sèchement. Pourquoi je n'ai pas été invité à ta fête d'anniversaire ?

    -On le faisait en famille...

    -Même après 8 ans, je n'en fais toujours pas partie ?

    -Ce n'est pas ça... Nous l'avons juste fêté en petit comité. Géraldine, tes scènes sont épuisantes. Je viens de sortir d'un entraînement très...

    -Je me fiche de ça, coupe-t-elle sèchement. Je te parle de nous pas de ton fichu basket.

     

    Je suis à deux doigts de perdre mon calme, mais je dois me contenir. Je ne peux rien y faire si elle est comme ça. J'ouvre la bouche pour lui expliquer, une énième fois, ce qu'il en est, mais je suis interrompu par une voix familière :

     

    -Coucou Steve, cela fait longtemps que je ne t'ai pas vu.

     

    Je me retourne et ma bonne humeur revient bien vite en voyant Shonta et Jacob. Je suis très proche d'eux depuis toujours en fait. Ils sont tous les deux les parrains et marraine de mon frère Thomas. C'est d'ailleurs Jacob qui l'a retrouvé et l'a ramené dans sa famille. Ils sont toujours fou amoureux l'un de l'autre peu importe le temps qui passe.

     

    -Shonta tu es toujours aussi belle !

    -Et toi tu sais toujours aussi bien parler aux femmes. Tu iras loin, ajoute-t-elle en me plaquant un baiser sur la joue.

     

    Je me tourne alors vers Jacob pour le serrer dans mes bras.

     

    -Salut Jacob. Ta femme te mène toujours par le bout du nez ?

    -Sûrement moins que ta copine, je suppose, répond-t-il mi amusé mi sérieux

     

    Je sens Géraldine se tendre à cette dernière remarque. Elle va encore démarrer au quart de tour mais avant que je ne puisse intervenir, elle se place devant Jacob.

     

    -Vous êtes qui vous pour me parler sur ce ton ?

     

    Jacob dévisage ma copine avec un regard un peu trop sérieux. Je crains pour la suite...

     

    -Une personne qui connaît bien mieux Steve que toi.

     

    Géraldine se tourne alors vers moi les yeux remplis de colère.

     

    -Tu ne vas pas le laisser me parler sur ce ton ?

    -Calme toi ma puce. Il n'a rien dit de méchant. Il...

    -Je me fiche de ce qu'il a voulu dire ! Remets-le à sa place et amène-moi ailleurs.

     

    Je pose alors un regard implorant sur mon mentor. Je vois Shonta qui se retient de rire pendant que Jacob soupire en posant un regard lourd de reproche sur Géraldine.

     

    -S'il y a une personne à remettre à sa place, c'est bien toi, "miss je donne des ordres". Je suis comme un oncle pour lui, je suis donc dans mon droit de le mettre en garde.

     

    Géraldine ne sait plus quoi dire et même si j'ai envie de rire, je lance un regard exaspéré au couple devant moi. Ce n'est pas vraiment l'aide que j’espérais...

     

    -Écoute Gé, Jacob a raison, il est comme un oncle et il n'est plus tout jeune tu sais. Nous lui devons le respect...

    -Tout à fait ! Toi, au moins, tu as eu une éducation parfaite... D'ailleurs Steve, j'aimerais que tu te joignes à Thomas et moi pour un entraînement, en fin de journée. Tu sauras bien te libérer, n'est-ce pas ?

     

    Je fais un signe d'acquiescement et je les regarde s'éloigner. Je suis vraiment dans de beaux draps moi... Je finis par me tourner vers Géraldine. Elle est vraiment hors d'elle... Je dois être maudit. Elle me met une gifle avant de répliquer.

     

    -Tu dois plaisanter ?

     

    Je ferme les yeux avant de respirer un grand coup. Je dois rester calme, je dois me contenir.

     

    -Qu'est-ce que tu veux dire ?

    -Tu ne vas pas aller les rejoindre ce soir ?

    -Je suis obligé. J'ai un championnat très important qui arrive bientôt. Je ne peux pas me permettre de me laisser aller.

    -Je ne représente rien pour toi ?

    -Je ne vois pas le rapport...

    -Tu vas vraiment me laisser tomber pour aller lancer un ballon ?

    -Je te promets que je me ferai pardonner...

    -Il te faudra plus qu'un simple baiser pour ça. Ramène-moi, je suis de trop mauvaise humeur pour continuer la balade.

     

    ***

     

    Je viens de déposer Géraldine chez elle et je m'affale sur le canapé. Autant dire que je vais devoir déployer des trésors de patience pour apaiser sa colère. Je ne saurais dire depuis combien de temps je dois subir ses sautes d'humeurs mais cela commence vraiment à me peser. Avec mon championnat de basket qui approche et ma rentrée à l'université... Je ne suis pas bien certain de pouvoir tout gérer. Adam, l'un de mes frères me rejoint.

     

    -Encore Géraldine ?

     

    Je souris. Je n'ai même pas besoin de répondre. Il connaît déjà la réponse. Son sourire en coin en dit long sur ce qu'il pense.

     

    -Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi...

    -Pourtant, tu sais ce que nous en pensons tous... Papa et maman sont d'accord avec nous...

    -Le cœur a ses raisons que la raison ignore...

    -Si tu es maso, c'est ton droit. Ce soir je sors, tu m'accompagne ?

    -Non, Jacob veut que j'aille m’entraîner avec lui et Thomas...

     

    Je regarde mon frère se lever pour aller se préparer. Il l'ignore, mais je connais depuis un moment déjà son penchant pour les garçons. Cela ne me gêne pas du tout même si j'aurai bien du mal à m'imaginer embrasser un garçon... En même temps, chacun ses goûts... Je viens de sortir d'un entraînement assez difficile pour ma prochaine compétition et Jacob veut que je remette ça... Trop de choses à gérer et trop de choses à penser. Je ne sais pas si je vais tenir la cadence encore bien longtemps. Je file sous la douche. Rien que de sentir l'eau chaude caresser mon corps, je me détends immédiatement. Tiens, je pourrais proposer à Géraldine une petite séance au SPA... Cela pourrait la détendre...

     

    ***

     

    Lorsque j'arrive à l'entrepôt, Thomas est déjà en plein entraînement avec Jacob mais contrairement à moi, chez lui ce sont les poings qui parlent. Il faut dire que mon frère a vécu des moments très difficile avec notre grand-père, Ramanga qui l'avait kidnappé. Il a beaucoup traîné dans les rues et ne s'exprimait que par la bagarre. Malgré ma stature imposante, je n'ai jamais été fan de ça. Je préfère de loin régler mes différents dans un match de basket que sur un ring. Je les regarde se battre. Jacob est vraiment doué : après avoir combattu auprès de grands guerriers contre les vampires, il s'est retrouvé chef d'une bande de combattants de rue. C'est quelqu'un de très admirable et, tout comme Shane, il fait partie des personnes que j'admire le plus.

     

    -Ah te voilà enfin !

     

    Je fais un signe à mon frère puis regarde Jacob me désigner une étrange machine.

     

    -J'ai trouvé cette petite machine bien sympa pour que tu puisses t'entraîner. Comme tu dis toujours avoir peur de blesser ton partenaire, avec ça, tu ne devrais plus te faire de soucis. Tu n'as donc plus besoin de diminuer exprès ta force.

     

    Je m'exécute sans rechigner trop content à l'idée d'essayer cette nouvelle machine. Jacob pense vraiment à tout. Je suis heureux de l'avoir dans ma vie. Grâce à lui je reprends, petit à petit, confiance en moi. Pendant que Thomas essaye de frapper Jacob, moi je prends beaucoup de plaisir à jouer avec ce nouvel appareil. Au bout d'un certain temps, je suis interrompu par Thomas.

     

    -Ça va ? Tu t'amuses bien ?

     

    Je ris à sa réplique. Le pauvre, il va avoir des bleus demain mais c'est lui qui l'a voulu. Mais j'ai quand même mal pour lui. Je m'installe près de lui sur le banc.

     

    -Tu ne devrais pas te battre. Y a d'autres façons pour s'en sortir...

    -Les coups c'est tout ce que j'ai connu depuis tout petit... Je veux être capable d'en donner autant que j'en reçois...

    -Je peux te protéger maintenant... Je suis plus ce bambin inutile que...

     

    Thomas pose sa main sur mon épaule et me sourit.

     

    -Tu ne peux pas être toujours avec moi et puis tu n'aimes pas te battre. Laisse-moi être celui qui vous protégera, toi et Adam...

    -Ce n'est pas à toi de...

     

    Jacob nous interrompt le visage fermé. Nous nous levons immédiatement inquiets par ses yeux plissés.

     

    -Je dois y aller, à vous de voir si vous voulez continuer ou partir... Mais dans tous les cas, faîtes attention à vous en rentrant.

    -Attends tonton, dis-nous ce qui se passe, je demande inquiet.

    -Akasha veut me voir, mais je n'en sais pas plus...

    -Tiens nous au courant, ajoute Thomas en lui disant au revoir.

     

    Thomas et moi nous nous regardons puis nous décidons de rentrer. Il se fait tard et sans Jacob pour nous pousser, nous n'avons pas envie de nous y remettre.


  • Commentaires

    1
    Lundi 27 Avril à 16:15

    j adore ton histoire, j avoue qu il manque une peu d image( je sais que tu en avat parler sur facebook la raison), mais dans un sens c pas plus mal car sa nous laisse imagine cette image. Pauvre Steve il est beaucoup tourmenter.

      • Lundi 27 Avril à 16:22
        Dans la version facebook y plus d'image. Mais il est vrai que l'imagination ce n'est pas plus mal! Merci à toi ma belle
      • Lundi 27 Avril à 16:27

        ah bas je vais aller voir sa sur facebook alors 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :